Combat Dub 3

Après avoir sorti 4 albums sur le label Hammerbass entre 2003 et 2013, remixé des artistes comme Brain Damage, Vibronics, MuslimGauze ou Treponem Pal, participé à divers projets et compilations (A.S.S.E, Soulfly, Akbar Orkestar…/I Dub You !-French Dub System-Dub Anthology…), FEDAYI PACHA revient en 2015 avec un album de remixes puissant et original. Intitulé « Combat Dub 3 – Oriental Front« , il est le fruit de toutes ces rencontres et collaborations, et constitue le 3è volet d’une série de compilations déjà cultes initiée en 2001 sur Hammerbass (Brain Damage remixé par la fine fleur de la scène dub européenne). S’inscrivant également dans le courant dub « expéri-mental », mais avec un penchant certain pour le métissage des machines et de saveurs nettement plus orientales, FEDAYI PACHA trace à grand coup d’effets sonores depuis le début des années 2000, un paysage qui s’étire du Sahara au Moyen Orient, en passant par Londres, Istambul et les Balkans.

Et sur cet album de 17 titres, FEDAYI PACHA fait à nouveau exploser les barrières et les frontières, mais cette fois ci, c’est son travail qui fait l’objet de remixes, élargissant le projet « Dub Oriental » de départ. Car les artistes invités pour l’occasion à revisiter l’univers du PACHA viennent de styles et d’horizons différents, et le résultat, loin des clichés habituels de la scène « electro-world », est un savant mélange de musiques électroniques et de traditions musicales venues d’Orient(s), agrémenté d’instrumentations mutantes et vagabondes, le tout baignant dans un grand bouillon de « bass culture ». On y retrouve des artistes confirmés comme DJ CLICK, BRAIN DAMAGE, UZUL, LOAN ou MINIMAN, des noms un peu moins connus mais tout aussi talentueux comme DUBMENTALIST, METASTAZ, RASBORAS (T.Pal), RAFAEL ARAGON ou NOMAT’X, et de nouvelles formations encore underground sur le point de sortir leur 1er album: PILAH (Kaly Live Dub/Dub Addict), ELEK TRAUM, ou NEAR DUB EXPERIENCE. Et bien sûr FEDAYI PACHA lui même, qui se prête également au jeu en proposant 2 remixes inédits.

Les 17 titres qui composent « COMBAT DUB 3«  sont autant de récits de voyage qui sollicitent les imaginaires, dans un grand échange mondial des sons articulé autour du dub et de ses dérivés : reggae digital, steppa, dubstep, trap-music, trip-hop, ambient…(mais aussi hip-hop, punk, indus, field recordings…). A l’avant-garde de la sono mondiale, FEDAYI PACHA nous convie à une cérémonie post-chamanique où les transes électroniques occidentales et acoustiques orientales s’entremêlent pour constituer une expérience à la fois sensorielle et festive !

Electr’oriental Dub ? Bled Step ? Global Pillage ? FEDAYI PACHA !

« FEDAYI PACHA est un virtuose revendiqué de la carambouille, un malandrin assumé du Graal sonore. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il emprunte pour partager, redistribuer, refaçonner.  » MONDOMIX

dans les bacs : COMBAT DUB 3 – ORIENTAL FRONT

La compilation de remixes de FEDAYI PACHA !

Featuring : BRAIN DAMAGE, DJ CLICK, MINIMAN, PILAH, UZUL, RASBORAS, MAYD HUBB, METASTAZ, DUB MENTALIST, RAFAEL ARAGON, ELEK TRAUM, KOBE, NEAR DUB EXPERIENCE, LOAN, NOMAT’X…et des remixes inédits de FEDAYI PACHA himself !

3è volet d’une série de compilations déjà cultes initiée en 2001 sur Hammerbass (Brain Damage remixes…),  » COMBAT DUB 3″ est composé de 17 titres puissants où les transes électroniques occidentales et acoustiques orientales s’entremêlent, pour constituer une expérience post-chamanique à la fois sensorielle et festive !

Electr’oriental dub ? Bled Step ? Balkanic hop ? Global Pillage ?

« FEDAYI PACHA est un virtuose revendiqué de la carambouille, un malandrin assumé du Graal sonore. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il emprunte pour partager, redistribuer, refaçonner. »
MONDOMIX

Sorti en Mai 2015
Disponible en digital ( https://itunes.apple.com/fr/album/combat-dub-3-oriental-front/id981341173)

The End

Easy Money feat SHANTI-D

Deux albums plus tard (”Peace Monger” en 2006, puis ”The Meaning Of Life” en 2009 en auto-production), JUNIOR CONY rejoint le label HAMMERBASS et revient donc avec un 5è opus intitulé “THE END” : 12 titres inédits qui donnent à nouveau la mesure de son talent et de son savoir faire. Avec 9 morceaux chantés et 3 versions dub, la voix fluide et haut perchée de SHANTI D est omniprésente et nous entraîne vers des sphères hypnotiques, le tout servi par un mix puissant et dynamique.
Du pur reggae-dub digital aux compositions limpides et amples, où s’oppose des basses massives à de petites mélodies douces et aériennes, rehaussées d’inserts habiles (percussions, cuivres, bruitages divers…) et d’effets destructeurs, et dans lequel JUNIOR CONY n’hésite pas à ajouter quelques sons venus de l’électro. Inclus une version dub lumineuse du « Anarchy In The Uk » des Sex Pistols !
Une brillante démonstration qui élève le dub français au meilleur de son savoir-faire : artisanal et inspiré ! Encore une preuve qu’il est toujours possible d’innover dans le respect de la tradition.

« Entre racines et modernité, JUNIOR CONY est l’un des meilleurs acteurs de la scène dub française ! » TELERAMA

Junior CONY & Shanti D

Vétéran issu des scènes alternatives sound system et rock indé des années 80, JUNIOR CONY est un pilier de l’Underground français et un précurseur en matière de dub.

Producteur, compositeur, programmateur, DJ, animateur radio, collectionneur de vinyles, cet artisan de la musique a d’abord passé de longues années derrière les consoles et machines plus ou moins agitées : il s’occupe notamment de la fameuse boite à rythme des légendaires Bérurier Noir (et Ludwig Von 88), il a composé des instrus pour Sergent Garcia ou Daddy Yod, et fait le son pour Treponem Pal ou Whashington D. Cats.

Mais c’est au début des années 2000 qu’il franchit le pas en sortant coup sur coup les deux premiers albums sous son propre nom (« Inna Roots Tradition » et « At The Government Shop« ), unanimement accueillis par les médias et devenus maintenant des classiques du genre (plusieurs titres apparaîtront sur les incontournables compilations: I Dub You !, French Dub System, et Dub In France).

A l’époque, il est déjà accompagné de son complice SHANTI D au micro, avec qui il collabore régulièrement depuis 1999, et avec qui il enchaînera concerts et festivals (Télérama Dub en 2003+2006+2013, Ptps de Bourges, Garance Reggae, Sun Ska, Dub Action, Riddim Collision…).

Formé lui aussi à l’école des sound-systems, SHANTI D partage en effet la même vision de la musique que JUNIOR CONY (inventivité, exigence, ouverture d’esprit), tout en gardant une solide base roots au niveau des harmonies vocales. On le retrouve d’ailleurs actuellement sur scène avec le Stand High Patrol, et officie souvent pour Obf, Mungos Hi-Fi, ou Dub Addict… 

Junior Cony – The End – Nouvel album !

JUNIOR CONY rejoint le label HAMMERBASS et revient avec un 5è opus intitulé “THE END”.
12 titres inédits qui donnent à nouveau la mesure de son talent et de son savoir faire. Avec 9 morceaux chantés et 3 versions dub, la voix fluide et haut perchée de SHANTI D est omniprésente et nous entraîne vers des sphères hypnotiques, le tout servi par un mix puissant et dynamique.

Easy Money feat SHANTI-D

 

Turn Up THe Amplifier

Fort de ces expériences, ACKBOO multiplie les rencontres et les collaborations et passe la vitesse supérieure en 2013 avec la production sur HAMMERBASS Records de son 1er album : « TURN UP THE AMPLIFIER » ! Au programme : basses pachydermiques, effets dévastateurs, rythmique implacable et voix originales. 14 titres puissants aux featurings prestigieux : OMAR PERRY, MACKY BANTON (Mc de Jah Tubbys et Iration Steppas – en exclu mondiale sur l’album d’ACKBOO !!), KING GENERAL, MATIC HORNS (tromboniste de Sly & Robbie, Horace Andy, etc.), ZION I, … Inclus le remix dubstep du titre « Bangladesh dub » par ODG.
Dans le sillage d’IMPROVISATORS DUB ou KANKA, ACKBOO poursuit la dub mission avec ferveur pour le plus grand plaisir des « dubheads » du Monde entier !

Turn it up !

Ackboo

Militant actif de la scène Dub internationale, Ackboo est un producteur français qui s’est déjà forgé une solide réputation. Adepte d’un électro-dub puissant et rythmé, il sort son 1er single en vinyle en 2009, sur le label anglais Roots Youths intitulé : Bangladesh dub. C’est une véritable bombe stepper-dub qui sera jouée par les plus grands Sound systems et radios du monde. Fort de nombreux lives dans toute l’Europe, Ackboo multiplie les rencontres et les collaborations, et passe la vitesse supérieure en 2013, avec la production sur le fameux label Hammerbass Records de son 1er album : Turn Up The Amplifier !

Au programme : basses pachydermiques, effets dévastateurs, et rythmique implacable. Dans le sillage d’Improvisators Dub ou Kanka, Ackboo poursuit la dub mission avec ferveur pour le plus grand plaisir des « dubheads ».

Feedback

Initiée par les membres de KALY LIVE DUB, le projet BASS CRAFTERS est une création 100% live qui a pour vocation de faire exploser les dance-floors ! Imprégnés de la culture sound-system made in UK, ils ont opté cette fois ci pour une formule « live-machine » percutante et mutante. Et pour les accompagner dans cette nouvelle aventure, ils se sont alloués les services de SHANTI D, chanteur déjà bien connu du public reggae-dub, notamment pour ses productions avec Junior Cony, High Tone ou Obf.

De cette collaboration fructueuse est né FEEDBACK, 1er maxi composé de 4 titres puissants, oscillant entre stepper dub et dubstep, sur lesquels SHANTI D pose sa voix envoûtante.

A l’occasion de la sortie en novembre de FEEDBACK (exclusivement en vinyl et téléchargements), ils seront en tournée pour le TELERAMA DUB FESTIVAL !!

Twilight circus dub soundsystem

Compositeur, DJ, producteur multi-instrumentiste, ex membre du groupe déjanté The Legendary Pink Dots, le canadien Ryan Moore, actif sur la scène musicale depuis 1981, est l’homme du TWILIGHT CIRCUS DUB SOUND SYSTEM.
Avec déjà 16 albums à son actif (le 1er date de 1995…) déclinés en nombreux maxis vinyls, plusieurs albums en collaboration avec G.CORP, DJ SPOOKY ou ROB SMITH, et + de 60 apparitions dans des projets divers, T.C.D.S.S est devenu au fil des années l’une des références incontournables de la scène dub actuelle et l’un de ses acteurs les plus prolifiques.

Dub addict depuis son adolescence, il monte son 1er studio au Canada au milieu des années 80 avant de d’emménager aux Pays Bas en 91 où il remontera son studio et créera son label : M.RECORDS.

Avec plus de 100 concerts dans le monde entier dont plusieurs soirées mémorables dans le cadre des DUB ACTION, T.C.D.S.S revient en France en mai 2006 pour une date à Paris dans le cadre du TELERAMA DUB FESTIVAL.

Rasboras .inc

Members of TREPONAM PAL / ELEPHANT SYSTEM and ‘scientist’ of the DUB ACTION Sound System, Didier B. aka RASBORAS is an non-standard artist whose rare productions are always expected impatiently.

After the remarquable release of his 1st EP ‘Peace and Freedom‘ in 98 on Hammerbass Rec, he remixed in 2000 the compilation ‘Dub Action captures Hammerbass‘ for the label and worked on many remixes for other artist.

As confident in dub than in rock, electro or world music, RASBORAS remixed NOIR DESIR (« One trip One noise » / 98 ), TREPONEM PAL (« Panorama » / 98 ), THE ROOTSMAN (2000 et 2001), BRAIN DAMAGE (2000 et 2003), DUB WISER (2003) and recently SERGENT GARCIA (« Long Time scientific dub mix ») along Asian Dub Foundation.

He also remixed the double compilation ‘I DUB YOU !‘ released in 2004 (EMI).

Inspirations :

Sala ed-Din, Mohammed Ali, Geronimo, LKJ, Emiliano Zapata, John Lennon, Bellemou Massaoud, Rosa Luxemburg, Cyrus Le Grand, James Brown, Bob M., Serge Gainsbourg, Abd el Kader, Menelik 1er, Cheb Hasni, Masinissa, Lounes Matoub, Flora Tristan, Oum Keltoum, U-Roy, King Tubby, Robespierre, Aung San Su Kyi, Toussaint Louverture, Nass el Ghiwane, Wovoka, Jimi Hendrix, Abdelli, Curtis Mayfield, Mohandas Karamshand Gandhi, Gladiators, All the People There, Everywhere and maybe You as well…

Nucleus roots

Né des cendres du groupe punky regggae COMMUNITY CHARGE, NUCLEUS ROOTS a vu le jour à Manchester en 1996 après la création d’un studio portant le même nom, véritable plateforme pour tous les artistes reggae de la région. A l’origine, le groupe comprenait 10 membres parmi les plus respectés de la scène UK : Paul Lush (basse), Richie Sliva (batterie), Paul Teck (keyboards), Steely and Gary (guitares), Mickey Congo (percussions), Clive Stuart (section cuivres), et les chanteurs Moses, De Nia Lashimba et comme invité régulier Ossie Gad ( fondateur et leader du groupe anglais NATURAL ITES au début des années 80). Avec ce line up efficace, NUCLEUS ROOTS est devenu l’un des groupes roots les plus actifs en Angleterre et ils enchainent les concerts pendant plusieurs années. Mais les scènes ne permettent pas toujours d’emmener tout le crew et c’est à l’occasion d’une date commune avec IRATION STEPPAS en 1998 que le groupe propose une nouvelle formule sur scène avec des machines, effets et l’arrivée d’une table de mixage drivée par une vieille connaissance : Dub Dadda. Leur force réside dans un subtil dosage entre un gros son digital et des textes résolument roots qui donne à leurs productions une couleur qui n’appartient qu’à eux. Leurs prestations scéniques ont également largement contribué à construire leur réputation. En 1999, ils jouent au fameux festival de GLASTONBURY et sont élus  »meilleure découverte underground » après un show d’anthologie. Ils y rejoueront à nouveau en 2000 et 2002. Peu après ils feront plusieurs dates en Europe (Dour) et en France, notamment avec Zion Train. C’est d’ailleurs leur label, Universal Egg, qui a distribué les 3 albums de NUCLEUS ROOTS sortis respectivement en 2000 ( »Nucleus Roots vol.1 »), 2002 ( »Universal Love ») et 2005 ( »Heart Of The matter »), devenus depuis des classiques.

NUCLEUS ROOTS fait donc maintenant figure de référence sur la scène reggae-dub anglaise, ce qui leur a permis de collaborer avec des artistes de renom comme TWINKLE BROTHERS, MISTY IN ROOTS, DUB SYNDICATE, JAH SHAKA, ABA SHANTI & FREDLOCKS et d’enchainer les tournées dans toute l’Europe.

En 2006, NUCLEUS ROOTS revient avec un nouvel album, entièrement dub cette fois ci, et c’est tout naturellement vers le label HAMMERBASS que les anglais se sont tournés pour une collaboration sur ce projet intitulé  »HEART OF DUB ». Les 14 titres présents sont quasiment tous tirés des précédents albums et sont totalement inédits. Dans la plus pure tradtion jamaiquaine, ces dubs sont bien roots et destinés à être joués dans les sound systems.  »HEART OF DUB » va faire chauffer les dance floors !

 »HEART OF DUB » sortira le 02 mai en France et à cette occasion le groupe sera en concert aux festivals ZICALIZES (4 mai / MASSY) et TELERAMA DUB FESTIVAL (19 mai / PARIS), et en version sound system les 29 et 30 avril aux  »3 petits cochons » pour le Printemps de Bourges…

Miniman

Acteur incontournable de la scène dub française depuis la fin des années 90, MINIMAN aka Roland Rougé, a déjà à son actif deux albums et apparait sur de nombreuses compilations (I DUB YOU !, ALTERNATIVE NOVO DUB 1 et 2…).

Le premier, « En marche pour Sion », date de 2001 et a été acclamé par la presse spécialisée. Depuis, MINIMAN est constamment sur les routes de France et a participé à de nombreux festivals (TRANSMUSICALES de Rennes en 2002, NORDIK IMPACT en 2003, TELERAMA DUB FESTIVAL, JAMAICAN SUNRISE et MILLESIME festival en 2004, FESTOLERON en 2005…). Il a notamment assuré les 1ères parties de la tournée française 2003 de ZION TRAIN.

Après le side project électro nommé SEVEN SEALS sorti en 2005 (élaboré avec un guitariste), MINIMAN est de retour avec un nouvel album, « Opus In Dub Minor« , et un nouveau label : HAMMERBASS Records !

Toujours profondément roots dans ses influences (King Tubby, Sir Coxsone, Jah Warrior, Dub Syndicate…), MINIMAN, distille son dub massif en élargissant ses frontières vers le trip-hop, le breakbeat, l’indus ou la transe. Un son étoffé de samples, de mélodica et d’ambiances cinématographiques qui empreintent parfois à certains thèmes de musique de films.

 »Opus in Dub Minor » montre une fois de plus que les talents d’arrangeur de MINIMAN et la grande richesse mélodique de ses compositions (il est pianiste de formation) en feront l’un des albums dub majeurs de 2006.
A l’occasion de la sortie de son nouvel album, MINIMAN sera en tournée au printemps 2006..

Improvistor dub meets Iration steppas

Né de la rencontre explosive de 2 formations incontournables de la scène dub européenne, le projet « IMPROVISATORS DUB meets IRATION STEPPAS » a vu le jour à l’occasion d’une création et un concert unique pour le Printemps de Bourges en 2007, fruit de 10 jours mémorables de travail en commun.
Le résultat fut tellement encourageant que les 2 groupes décidèrent de ne pas en rester là…

IMPROVISATORS DUB, avec 7 albums et plus de 800 concerts à leur actif, ces pionniers du dub français s’appliquent à délivrer leur message dub vers un son « STEPPA« , autrement dit vers la plus pure tradition anglaise de cette évolution du dub : le son reggae-roots est devenu énorme avec ce beat « Rockers » initié par Sly and Robbie et transformé à Londres par la diaspora jamaicaine en une machine à enflammer les dance-floors.

[b] IRATION STEPPAS[/b] (Leeds/London), c’est tout simplement ce qui se fait de plus extrême en UK DUB: « The Spiritual Steppin’ Warriors Playing Dubz Inna Year 3000 Style » se sont fait une solide réputation de machine de guerre en sound system ou en live depuis le milieu des années 90. Car c’est en 1993 que la rencontre de Mark IRATION opérant aux machines et de Dennis ROOTICAL, le bassiste sur coussin d’air, donnera ce son electro-dub totalement novateur. Sono robuste indispensable !
Avec seulement 2 albums au compteur en 15 ans, chacune de leur sortie fait office d’événement pour les dub addicts du monde entier !

Ce projet explose donc les frontières et c’est à Bordeaux, le fief des Impro que l’album « INNA STEPPA DUB« , a été produit. Le résultat ce sont 12 titres ravageurs, taille sound system ! Au programme : rythmiques imparables, basses abyssales, effets dévastateurs et chants terriblement efficaces que n’aurait pas renié Prince far I…De quoi faire chauffer les systèmes et les dance floors !

Histoire de boucler la boucle, le super collectif décline ces titres en un live écrasant, percutant, perforant, bref : puissant ! Et après avoir mis tout le monde d’accord lors de la dernière édition du Telerama Dub Festival en mai 2008, les 8 dubbers remettent ça avec une série de dates exceptionnelles en France : c’est l’événement dub de cette fin d’année à ne rater sous aucun pretexte!

Erb

ERB est né de la rencontre de 3 musiciens issus de la scène londonienne : Alon ADIRI, Ghetto PRIEST et Louis BECKETT. Après diverses collaborations et une entente qui s’est rapidement transformée en amitié, ils décident de former un groupe qui se veut être le point de convergence de leurs influences (reggae, dub et musique électronique).
Alon Adiri est membre des Dub Syndicate du label On-U Sound. Il a également travaillé en tant que compositeur et programmateur avec entre autres Primal Scream, The Cure ou Bim Sherman… et Ghetto Priest, chanteur d’ERB, est le véritable pilier du label On-U Sound et ami personnel d’Adrian Sherwood. C’est d’ailleurs avec ce dernier qu’il vient de terminer d’enregistrer des sessions avec Sinead O’Connor. Louis Beckett est membre du collectif d’Asian Dub Foundation, mixeur et ingénieur de studio. Il a travaillé en France avec NTM et Raggasonic et en Angleterre avec Lee Perry, Hugh Masakela
et African Head Charge. L’album éponyme de ERB s’est fait dans le même esprit de « famille ». Des amis ou anciens collaborateurs des membres du groupe ont apporté leur participation à l’album : on peut retrouver en featuring Bim Sherman (dont c’est certainement le dernier enregistrement), MC Navigator (Asian Dub Foundation, Freestylers), Little Roy ou encore Aurora Dawn (Nightmare On Wax).

Dub wiser

Fort de leurs expériences respectives au sein de formations comme AUSWEIS (un des 1er albums de ‘‘reggae-dub’‘ en France en 1988 avec le regretté PUPPA LESLIE: ‘‘Dub Action’‘) ou SKHAN, les 3 membres de DUB WISER décident de partager leur passion pour le reggae et les musiques électroniques en 1996. Ces pionniers de la scène dub française ont à leur actif 2 albums (+ 1 maxi vinyl) largement encensés par les médias. Leurs titres ont déjà été remixés par Alon Adiri de DUB SYNDICATE, BRAIN DAMAGE, RASBORAS, GENERAL DUB ou WIDE OPEN CAGE et apparaissent dans de nombreuses compilations françaises et internationales : I DUB YOU, DUBHEAD, FRENCH DUB SYSTEM vol1&2, DUB in France Vol.1&2, FRENCH DUB CONNECTION…

Après ‘‘A New Millenium Of Dub’‘ (en hommage au groupe anglais ASWAD) et ‘‘Tribute To remixes’‘, le nouvel album de DUB WISER intitulé ‘‘Behind The Dub Side’‘ nous embarque dans une aventure urbaine et métissée où les croisements culturels sont de rigueur : dub, reggae, hip-hop, jungle, musiques électroniques, traditionnelles, industrielles… Aventure notamment épicée par la présence des chanteurs invités pour l’occasion et qui évoluent chacun dans un style différent: : C’TOM , AGNIESZKA , SOLOMON KT, LYNCEE, KROKMEETEN.

Grâce à la fusion des nouvelles technologies et des ambiances roots jamaicaines, le dub irradiant et fumant de DUB WISER ouvre de nouveaux horizons sonores et suscite des paysages imaginaires. Dans cette cartographie musicale en recomposition permanente, DUB WISER rapproche toutes les cultures du Dance Floor !

Après avoir partagé l’affiche avec Adrian Sherwood, The Rootsman, LKJ, Dreadzone (Sziget festival / Budapest), Elephant System ou Djins, et participé au 1er Telerama dub festival en 2003, ils ont fait une tournée avec LÖBE RADIANT SYSTEM pour une dizaine de dates dans toute la France.

DUB WISER sera à nouveau sur la route au printemps 2006…

 

Bangarang

HAMMERBASS STRIKES AGAIN ! ! ! ! ! ! ! !

Nous avions déjà largement apprécié « From Scratch – Bipolare Disorder – Another Sound System Experience et Brain Damage ». Ainsi, après avoir invité le collectif stéphanois BANGARANG lors d’une dub action mémorable au Batofar au début de l’année, nous avons décidé de pousser plus loin notre collaboration en sortant leur premier album à part entière. Voici donc chacun des dix titres revus et corrigés individuellement par une sélection de remixeurs de choix parmi la scène Dub actuelle. De constitution résolument électrique « Combat Dub » semble pourtant bel & bien revêtir un caractère homogène grâce à un certain esprit commun à tous : Indépendance & qualité artistique.

Baby G

Talent et Simplicité !
Ces 2 mots résument à eux seuls, la personnalité de Baby G.

Talent, parce qu’il en est rempli, que sa voix est hors du commun, reconnaissable entre toutes. Simplicité, dans sa personnalité, dans ses textes, qui renvoient aux vraies valeurs du reggae : rébellion, contestation des inégalités sociales et raciales, paix et unité entre les peuples. Né à la campagne dans la commune de Shelchers (Martinique), il fait ses premiers pas de chanteur au sein de la chorale de sa paroisse de Tivoli, il a alors 10 ans. Une vocation est née en même temps qu’une voix.

Adolescent, il écume les sound systems de l’île et commence à se forger une réputation, son nom  » Baby G  », il le doit à la suite d’ un court métrage auquel il participe en métropole lors de vacancese familiales. De retour dans son île, il gardera ce pseudonyme et commencera à enregistrer sous ce nom, d’abord pour une compilation  » Dance Hall Party  » produite par  » Don Miguel  » célèbre figure du milieu reggae aux Antilles, puis un single  » Children of Africa  » pour le label Hibiscus. Arrive l’année 95, son apprentissage terminé, il part en Jamaïque, la grande île voisine, berceau du reggae et de l’imaginaire rasta. A peine débarqué, il fonce chez  » Mixing lab  » et rencontre  » Fatta Linford Marshall  » qui mixera son premier album  » Hileaf  » produit par le collectif Martiniquais du même nom. L’aventure jamaïcaine se soldera par une déconvenue artistique, due à son manque d’expérience du travail en studio et à sa trop grande fascination pour Jamdown. Peu importe, fort de cette expérience, il décide de partir en métropole pour travailler et tenter sa chance.

Il fréquente les sound systems parisiens et rencontrera au cours d’une soirée le duo « Philip & Yao » alias les « Djins », et ensemble ils décident de travailler à la réalisation d’un album. Pris en charge par le collectif « Dub Action », il fait des apparitions sur l’album d’Elephant System (Island) produit par Adrian Sherwood, il participe à la compilation « Plus de cœur égal soleil » (Barclay) de PK Machine, le possee de PierPolJak, enchaîne avec les compilations « Assassinat » et « Genesis » du label Mek it Happen, enregistre pour le volume 1 de la compilation de « Kaktus records » (Naïve). Enrichi de ces diverses expériences et de dizaines de concerts avec les DJINS et le sound system « Dub Action », il a pu réaliser son premier véritable album :« h.i.m. ».

The rootsman

DJ & musicien basé à Bradford en Angleterre, The Rootsman alias John Boloten fait son apprentissage dans les années 80 en sélectionnant des titres pour des sound systems de reggae/roots et en tant qu’invité de radios pirates. Quelques années plus tard,il organise sa propre soirée appelée «Dub Me Crazy» en 91, qui fera bientôt office de référence dans tout le Nord de l’Angleterre.
Plus tard, il devient DJ résident du SOUNDCLASH à Leeds. C’est à cette époque qu’il commençe à jouer dans les soirées en compagnie d’artistes comme Alex Patterson de THE ORB ou Andy Weatherall de SABRES OF PARADISE. The Rootsman fonde alors son propre label nommé THIRD EYE et sort le premier album de Dayjah & The Disciples en 93 . Le succès des soirées auxquelles il participe lui donne l’idée d’enregistrer ses propres dub plates. Le premier maxi sort donc en mai 94 et il s’appelle “Koyaanisqatsi”. Bien que sorti sous la forme d’un white label, il devient vite un hit sur la scène underground et reçoit un excellent accueil de la part de la presse.

Aujourd’hui complètement introuvable, il est devenu un vrai collector en Angleterre. S’enchaînent alors une succcession d’albums (au moins un par an !) et de collaborations diverses. Un peu de volume et vous retrouverez l’ambiance des meilleurs sound systems anglais ou des «DUB ACTION». Le public parisien se rapellera de «A Matter Of Time» qu’il avait pu découvrir en live, lors du passage de The Rootsman en juin 96, une des soirées les plus chaudes de DUB ACTION.

Primitive

MARCO : Chanteur / agitateur de TREPONEM PAL qui, depuis 1986, explose toutes les barrières du “rock” : après avoir asséné au monde sa fureur indus/métal, le groupe brouille les pistes en mélangeant hard core, reggae, dub, funk…Il est également l’un des deux DJs du collectif DUB ACTION

AMADOU : Chanteur de COLLAPSE, groupe de “rock” aux influences industrielles, métal, électroniques et ethniques. Il a également produit des albums pour les Têtines noires, Colm et Cape Fear.

HEAVY : Car le beat est destructeur et la basse sur-puissante.

DUB : Car les influences reggae sont bien là et les sonorités des machines incomparables.

Necessary intergalactic cooperation

Necessary Intergalactic Cooperation (N.I.C), n’est pas un groupe ordinaire. Basé à OSLO en Norvège, N.I.C est une formation internationale regroupant des musiciens chevronnés venant de tous horizons : rock, dub, punk, jazz, électro…
Composé de l’américain TED PARSONS à la batterie (Bill LASWELL, SWANS, FOETUS, PRONG…il est également le batteur attitré des lives de KILLING JOKE !), de MARKUS O KLYVE aux claviers et au chant, artiste connu de la scène électro norvégienne (PLEASE, FAR OUT FISHING…), de CHUCK FRAZIER à la guitare, américain exilé à OSLO ayant participé à de nombreux projets de la scène underground locale (2 NIGGERS & A HONKY , HOLY TOY …), et de MATTI H à la basse, punk rocker norvégien qui a officié dans les HORSEMEN et KUNDALINI. Bref, un beau Melting Potes !
N.I.C vient donc de terminer son 2è album (sortie en sept sur Malicious Damage), produit par Scotty HARD (MOK Studio) et avec un invité de marque à la guitare et au chant : Keith LEVENE du mythique Public Image Limited ! Et c’est à la suite de ses sessions d’enregistrement qui ont eu lieu fin 2006 qu’est né le projet dub « N.I.C in DUB».

Plus une expérimentation sonore qu’un véritable album de remixes (mix album !), le but était de créer de nouveaux morceaux à partir de l’envoi de 3 jams tirés de la discographie de N.I.C et les prestigieux musiciens invités pour l’occasion ont rivalisé d’ingéniosité en recréant un univers qui leur était propre.
On retrouve parmi les artistes présents des noms déjà connus de la scène underground indus et ambient avec notamment les américains DALEK, SPECTRE, DUB GABRIEL et KING SALMONELLA, le canadien TWILIGHT CIRCUS[/b], les anglais JK Flesh aka Justin BROADRICK (Godflesh, Jesus), YOUTH (Killing Joke) et MOTHBOY, et le français Amadou SALL (Collapse, Treponem Pal). Un tracklist impressionnant pour un album puissant !

Dub planant, Illbient customisée, électro chaotique, indus destructurée : difficile de faire mieux en matière de dub lourd !

Manasseh

Le MANASSEH Sound System se produit pour la 1ère fois au Carnaval de Notting Hill à Londres en 1985. C’est à la fois le début d’un sound et l’aboutissement de plusieurs années de travail et d’espoir. Dès le début le Sound se spécialise dans le Reggae Roots. Le crew d’origine est constitué de Nick, Selector & Operator, Eddie, « Box designer » et « Tech » ainsi que Billy T, « Overseer ». Il joue dans toutes sortes de clubs et de soirées avec notamment Jah Shaka, Coxsone, Jah Tubbys, Fatman, Soul 2 Soul… et plus récemment Aba Shanti i.

C’est en 1987, au moment de sa rencontre avec Femi (plus tard dans les Young Disciples) et les frères Joey & Norman Jay qu’il commence à animer une émission nocturne sur la radio pirate KISS FM.
KISS FM est finalement légalisée en septembre 90 et le Manasseh Sound System continue l’émission jusqu’en 1999. Ce show est l’un des rares qui contribue à la création de la scène roots d’aujourd’hui ainsi qu’à l’émergence d’artistes comme Luciano, Sizzla ou feu le grand Garnett Silk. En même temps que l’intérêt grandit pour un revival roots, une industrie de la réédition de 45 tours fleurit en Jamaïque ainsi que plusieurs labels Anglais spécialisés dans la réédition d’albums rares et dans les compilations (Blood & Fire, Pressure Sounds etc…). C’est également à cette période que Nick Manasseh commence à produire des exclusivités pour les sound systems et se concentre sur le projet qui devint Sound Iration in Dub.

Au début des années 90, Nick, accompagné de Gil Cang , Eddie Rocksteady et Mak Gilchrist, démarre le label Riz. Les 1ères sorties sont : Orville Smith’s Leaving Rome , Bob Skeng’s Education and Earl 16’s Natural Roots. Il devient rapidement un des labels roots anglais majeurs. A noter également , parmi les plus importants sur le label: Admiral Tibet “Permission” , Marcella French “Be Still” (une vibe un peu plus funky). Riz est toujours occasionnellement actif, avec récemment, des sorties de 45 tours. La sortie du LP vinyle : « Manasseh meets the Equalizer » suscite alors beaucoup d’intérêt et est bientôt licencié sur le label Acid Jazz records. C’est le début d’une période durant laquelle les majors s’intéressent vraiment à ses productions ; telles Columbia/Sony. c’est ensuite au tour de BMG de proposer un contrat pour un album de dub : « Spectre : The Missing Two Weeks ». Un autre album sort sur Acid Jazz fin 96, intitulé “Shining”. Ces 2 albums sortirent aussi aux USA sur Hollywood records et sont toujours disponibles.

Parallèlement, Nick travaille également comme producteur, produisant récemment un album pour un des groupes médiatiques Portugais les plus importants (musica exotica para filmes , radio e televisao : Cool Hipnoise), et fait une apparition sur l’album de Dido « No Angel » sur le titre « Honestly OK » (melodica et arrangements). Les remixes, eux, sont trop nombreux pour être cités mais voici certains des labels avec lesquels il a récemment collaborés: Guidance (Chicago) , Interchill (Canada) , Soundtrees et Butterfly (London).

Après avoir été DJ résident pendant 1 an et demi aux célèbres Rodigan’s Reggae parties, Le Manasseh Sound System (Nic Manasseh + MC Brother Culture) joue depuis quelques années partout en Europe et régulièrement en France sous l’impulsion des activistes du label HAMMERBASS.
C’est d’ailleurs à l’occasion d’une soirée House of Dub organisée en 1998 à l’Elysée Montmartre que le Dub Action crew, créateurs d’HAMMERBASS Records, rencontre Manasseh pour la 1ère fois. C’est à partir de ce moment là que la collaboration entre Manasseh et Hammerbass prend forme : plusieurs tournées et 2 albums suivront : « Dub Plate Style 1990-1999″ en 2002 et « Dub Plate style vol.2″ en 2004.

Ces 2 compilations, en exclusivité mondiale sur HAMMERBASS rec., sont le fruit d’une sélection rigoureuse de morceaux souvent inédits, tout droit sortis de la Dub Box de Manasseh. A savourer sans modération… Attention à vos enceintes.. !!

Jah warrior

« J’ai commencé à m’intéresser au reggae au milieu des années 70, lorsque j’habitais à Manchester. A l’époque il y avait peu de reggae à la radio, mais j’écoutais l’émission de John Peel sur Radio One car il en passait toujours un peu. C’était la période des « punky reggae party » et c’est à l’occasion d’un festival en plein air que j’ai entendu mon premier sound system. C’est là que je me suis rendu compte que ce genre de musique était différent du reste, avec un côté plus dur et la présence d’étranges echos sur les parties de voix et de clavier. J’ai découvert que ce style de reggae était appelé « dub » et je suis devenu très vite accro. Les soirées étaient différentes à cette époque. La plupart des sounds avaient un volume plus puissant, tu suffoquais littéralement tellement la pression de la basse sur la poitrine était énorme, mais en 1980, j’ai découvert un autre niveau de Sound System quand j’ai écouté Jah Shaka pour la 1ère fois. L’intensité qu’il y avait dans ses soirées était phénoménale. Les morceaux qu’il jouait, la façon dont il triturait le son et son « DJ style » étaient unique. C’est en 81 quand je suis parti vivre à Londres que j’ai commencé à aller régulièrement à ses soirées. Même si d’autres sounds pouvaient jouer les même dubs, les cuts de Shaka étaient toujours les plus terribles et tous ceux qui se revendiquent de cette scène aujourd’hui et qui produisent ou mixent du dub ont forcément été influencé par lui, moi y compris ! En fait, la scène roots actuelle en Angleterre n’existerait probablement pas sans Shaka, car c’est le seul qui a gardé la foi et qui l’a laissée le guider quand les autres sounds se laissaient entraîner dans le « sleng teng », les MC’s rapides ou le ragga. Au milieu des années 80, j’ai eu l’opportunité de m’y mettre pour de vrai, quand le DJ hip hop Tim Westwood m’a demandé de faire une émission reggae sur une radio pirate dans laquelle il était : LWR. Je faisais en général des «sessions tapes» à l’avance, sur lesquelles j’enregistrais du dub avec un MC et des effets, puis je diffusais ça dans l’émission. A cette époque des jeunes du coin qui montaient un sound system m’ont demandé de les rejoindre comme sélecteur du fait de ma grande collection de disques. Ce sound s’appelait Humble Lion. Pendant quelques années on a joué dans des soirées dans tout le North London, et on s’est fait une petite réputation. Les membres du sound allaient et venaient, jusqu’à ce qu’en 1987 on décide de construire le sound et de l’appeler JAH WARRIOR . Les années suivantes, on a joué à Londres et dans des villes comme Leicester, Southend, Bradford, Coventry, etc…tout seuls ou avec d’autres sounds, comme Manasseh, Jah tubby’s, Iration Steppas, Aba Shanti, Jah Observer…

C’est bien l’experience des sounds systems qui m’a conduit à la production musicale. J’ai commencé par faire des dubplates avec Keety Roots et Blacka Vibes, dans un studio de East London. J’ai continué à faire ça dans d’autres studios, avec d’autres gens, tout en apprenant à jouer des instruments tout seul (même si je ne me considère toujours pas comme un musicien). Puis en 1990, j’ai eu l’occasion de sortir un LP, «Warrior Dub», sous le nom de Zulu Warriors, et un single, «2000 Style», avec Naph-Tali avant de me consacrer à nouveau aux productions dub pour notre sound system. En 1995, j’ai décidé que le moment étai venu pour me remettre à sortir des disques, et ce fut le premier morceau sur JAH WARRIOR records : «The 22nd book», chanté par mon vieux compagnon Naph-Tali. La chanson s’est bien vendue et fut unanimement acclamée comme un des meilleurs singles roots de l’année. Depuis, la production musicale a pris le dessus sur le sound system et le label Jah Warrior s’est imposé au fil des années comme l’un des fers de lance de la production indépendante reggae-dub en Angleterre. A tous ceux qui m’ont accompagné sur le chemin, je tiens à dire merci, respect. » STEVE MOSCO aka JAH WARRIOR

Fedayi Pacha

Dernier venu chez Bangarang, Fedayi Pacha est apparu en 2003 suite à l’arrêt de Another Sound System Experience. Fidèle à l’optique du collectif stéphanois, il s’inscrit dans le courant dub électronique, avec un net penchant pour le métissage des machines et de saveurs plus orientales.
Loin de se cantonner à ses racines arméniennes, c’est l’ensemble du Moyen-Orient qui sert de cadre sonore. à la manière des orientalistes, le thème n’est qu’un prétexte pour renouveler l’approche : Fedayi Pacha s’affranchit des « roots » jamaïcaines du dub en l’épiçant autrement.
Grâce au studio mobile, chaque live est l’occasion de reconstruire la musique : mix en direct à travers les effets, les textures sonores, passant du matériel le plus récent aux rebuts des technologies périmées, du dudug et du mélodica au sampler et autres sirènes.

Après une première série de concerts (parmi lesquels le festival du Larzac 2003, le Confort Moderne, le festival Avatarium, le batofar… partageant la scène avec lena, Aba Shanti, general Dub, Radio Bomb, Brain Damage, Ez3kiel, Double Nelson, Techno Animals…) et des apparitions discographiques sur différentes compilations, le premier album de Fedayi Pacha, “Dub Works (in mysterious waves)” sort en mai 2005. Les 9 titres ont été conçus au Hay Spirit studio et finalisés à Loaded.
Les voix du Dub sont impénétrables !!!

Dubphonic

Pourquoi Dieu a inventé le chat ? Pour que l’homme puisse caresser le tigre Victor Hugo

Tous les moyens sont bons pour combattre l’ennemi invisible, de plus en plus nombreux. Trio parisien né en 1999, mais élevé dans la forêt magique où il fait pousser son inspiration, Dubphonic prend rapidement le maquis et s’installe à Chicago le temps d’enregistrer un premier maxi pour Guidance Recordings.
A l’époque, déjà, le message est clair :  »War No More ! » retour en Europe, passage à Vienne pour prêter main forte à Richard Dorfmeister (file under Tosca), leader charismatique de la faction G-Stone, groupuscule dub à vocation expérimentale. Des archives de l’époque reste l’Orozco Dubphonic mix publié à l’origine sur l’album  »Suzuki In Dub » (G-Stone Recordings 2000). Beaucoup copié, jamais collé, très compilé ce remix illustrera entre autre une scène torride du neuvième épisode de la deuxième saison de la cultissime série  »Six Feet Under ».
La musique de Dubphonic est sexuelle d’origine tantrique. c’est dans le train de nuit Vienne/Hambourg que Dubphonic – cellule de résistance mobile – remixe  »Jah Jah Is A Guiding Star » (Jah Jah est une boussole) du vétéran Linval Thompson pour la compilation  »Select Cuts From Blood & Fire Chapter 2 »(Echobeach 2000).

S’ensuit une période marquée par un séjour de Ben à la Betty Ford Clinic pour soigner une sévère addiction à l’écho, la disparition d’Alexis en studio pour l’enregistrement du premier album solo d’Alexkid (Bienvenida – F-Communications) et l’exil provisoire de Stéfane – tombé amoureux d’une éthiopienne – à Djibouti.
Mais l’appel de la forêt est irrésistible et le groupe se retrouve à gauche de la lune pour une tournée mondiale française en première partie des Japonais d’Audioactive (province) et au Batofar. Tous les moyens sont bons pour combattre le mal… c’est ce qui réunit Stéfane Goldman (guitare, subassophone, programmation), Sylvain  »ben » Mosca (guitare, mélodica à trois notes, programmation) et Alexis Mauri aka Alexid (programmation, réverbérations à l’ancienne, production) qui décident de terminer  »Smoke Signals » dans un studio discret du 10ème arrondissement de Paris (France).

Djins

Après plusieurs années de travail et de fructueuses collaborations (Adrian Sherwood, Amina, RasBoras, Chet, Baby G, Saï Saï, Supa John, In Out, Mr Lezard, Rico, …), Philippe et Yao, les deux musiciens multi instrumentistes de DJINS ont sorti leur premier album éponyme en mars 2000 avec le label HAMMERBASS. Aussi à l’aise dans le Reggae-Dub, le ragga, la drum’n’bass, le jazz ou les musiques traditionnelles, ces « Sly & Robbie made in France » sont sur tous les fronts. Ils ont figuré sur la compilation de l’été 99 du magazine Les Inrockuptibles et sont sur la première compilation consacrée au dub français (French Dub Connection), sortie sur le label allemand Echo Beach en juin 99. Ils ont également réalisé et produit le premier album de CHET ( mai 2000 / Polydor), ainsi que quelques titres pour les raggamuffins de Saï Saï.
Les DJINS se sont forgés une solide réputation «live» notamment avec leurs prestations au sein du DUB ACTION Sound System et leur résidence dans les célèbres soirées « Jungle Fever » à l’Elysée Montmartre en 1999. Sculpteurs de matières sonores, ils mélangent sur scène instruments et machines pour le plus grand plaisir des dance floors. Ils sont d’ailleurs aussi à l’aise en première partie des cubains d’ORISHAS (OLYMPIA/2000) qu’en Sound System avec le New Yorkais JAMALSKI ou avec BABY G (mars 2000/nov. 2001).

BOTOM BOTOM

BOTOM BOTOM : onomatopée née d’une BD de Charlie Schlingo exprimant, comme sa sonorité l’indique, le son percussif d’une musique qui bouge !
Issus de la scène électronique lyonnaise, LCX et FYG les 2 musiciens-bidouilleurs de BOTOM BOTOM n’en sont pas à leur coup d’essai puiqu’ils ont déjà sorti un EP autoproduit (‘‘ Testez les 6 sens ’‘) en 1997 qui leur ont permis de participer aux compilations La dernière bombe (97), Créature des abysses (aux côtés de Zenzile, Le Peuple de l’herbe, Rhinocerose…/ 98) et Wreck this mess (aux côtés de Twilight Circus, Spectre, Dub Factory, DJ Spooky… / 99).

Repérés à cette époque par l’équipe HAMMERBASS, BOTOM BOTOM est invité lors d’une soirée DUB ACTION à Paris en 2001 et c’est à cette occasion que l’idée d’une collaboration entre le groupe et le label germera. La même année, ils débutent leur collaboration avec la chanteuse Sylvie Russo et ils fondent leur propre studio près de Lyon, Le Jurassik Studio (mélange d’anciennes et nouvelles machines, voire prototype! ). C’est ici qu’ ils ont composé et enregistré pendant l’année 2002 leur premier véritable album : “Peace, Unity, Love, Having Fun and Computers ”.
HAMMERBASS le sortira en octobre 2002. Bien accueilli par les médias et les promoteurs, plusieurs dates seront organisées avec DUB ACTION dans les mois qui suivent. Par ailleurs, le titre ‘‘Reality Show’‘ sera pris dans la fameuse compilation I DUB YOU ! (EMI) et FRENCH DUB SYSTEM VOL.1 (Wagram).

Fin 2004, ils se retirent pour concocter leur prochain album, le deuxième, toujours au Jurassik Studio. Il sera intitulé ‘‘ This is not a stereotype ’‘ !
Et c’est avec leur fidèle label Hammerbass que la sortie de l’album se fera fin fevrier 2006, toujours distribué par Nocturne. A noter qu’aujourd’hui, c’est à 5 que Botom Botom se produira en live, rejoint par un bassiste (Maurad) et un guitariste (Hakim) pour partager le plaisir de la scène.

De l’électro-dub aux musiques du Monde, du trip-hop au reggae, la musique de BOTOM BOTOM donne un souffle nouveau à la scène française !!

ALEK 6

Pour les amateurs éclairés d’électro-dub fracassant, le nom de KANKA est maintenant familier… mais c’est avec un nouveau projet estampillé dubstep et un nouveau nom que le conquérant du dub revient : ALEK6 .

Plus introspectif, ALEK6  présente une autre lecture du dub : avec ce 1er album intitulé INSIDE, le tempo est ralenti, les basses sont hypnotiques et les sonorités plus électro que dans ses productions habituelles.
Mais la puissance de feu reste la même ! Infrabasses tétanisantes, nappes captivantes, skanks ciselés à la hache, caisse claire incisive…le tout formant une structure imparable.
Tout au long des 10 titres qui composent INSIDE, la production est pachydermique et n’a rien à envier aux meilleures sorties anglaises du genre !
Mais ALEK6 trace son propre chemin, et évite les sentiers déjà abattus par d’autres.
Car la spécificité d’ALEK6 est de réussir à combiner la chaleur du reggae-dub originel aux ambiances urbaines du dubstep. Dans INSIDE, l’atmosphère est pesante mais jamais malsaine, la texture sonore agressive mais jamais froide.
A noter tout de même la présence de deux titres au tempo plus énervé qui vont faire chavirer les dance-floors, le très stepper « Home » et « Station » plus drum-n-bass.

Liens

LABELS…

Ariwa http://www.ariwa.com/

Dubflash http://www.dubflash.com

Dubhead http://www.dubhead.co.uk/

Ernie B’s Reggae http://www.ebreggae.com/

Giraffe Records http://www.girafferecords.be

Jarring Effects http://jarringeffects.free.fr/

MRecords http://www.m-records.com/

Nocturne http://www.nocturne.fr/

Ozore Age http://www.ozore.org

Patate Records http://www.patate-records.com

Pressure Sounds http://www.pressure.co.uk/pressuresounds/

ReggaeMusicStore http://www.reggaemusicstore.com

Soundclash http://www.soundclash.org/html/

Sounds Around http://www.soundsaround.net/

Taktic Music http://takticmusic.com/

Tanty Record Online Store http://www.tantyrecordshop.com/

Third Eye Music http://www.thirdeyemusic.co.uk

Universal Egg http://www.wobblyweb.com/

ARTISTES…

0db (Dub Wiser) http://www.0db.info/dubwiser

Asian Dub Foundation http://www.asiandubfoundation.com/adf_home_fs.htm

Bangarang (Brain Damage & Fedayi Pacha) http://bangarang.free.fr/

Botom Botom http://www.botombotom.com

Djins http://djinsmusic.free.fr/

Dub addict sound system http://dubaddict.free.fr

Duberman http://duberman91.free.fr/

Jah Warrior http://www.jahwarrior.com

Kaly Live Dub http://www.kalylivedub.com

Kanka http://www.kankadub.com

Nagual X http://docnagualx.free.fr/

Nucleus Roots http://www.nucleusroots.com

Pirate Dub http://www.piratedub.com/

Seb The Player / Journal d’un dj moyen http://sebtheplayer.hautetfort.com/

Sir Larsie I http://www.sirlarsiei.com/

The Rootsman http://www.therootsman.co.uk/

Treponem Pal http://www.myspace.com/treponempal

Twilight Circus Dub Sound System http://www.twilightcircus.com

Uzinadub http://uzinadub.free.fr

Vibronics http://www.vibronics.co.uk

Webcam Hi-FI http://www.webcamhi-fi.com

TOURNEURS…

After-Before (Dub Wiser, …) http://www.after-before.org

Music Action (Miniman, Djins) http://www.musicaction.fr

Musical Riot (Channel One, Iration Steppas) http://www.musicalriot.org

Salamalek Production (Kanka, Fedayi Pacha) http://www.salamalekprod.fr

MEDIAS…

Culture Dub http://www.culturedub.com

Dance-hall Attitude http://dancehallattitude.free.fr/

Dmute [ex Infratunes] http://www.dmute.net/

Dubelectro.com http://www.dubelectro.com/

Dubzone http://www.dubzone.org

Irie Ites http://www.irieites.de

Ragga Sound System.com http://www.raggasoundsystem.com/

Reggae-Live.com http://www.reggae-live.com

Reggae-Tom http://www.raggaetom.com

Reggae-Vibes http://www.reggae-vibes.com

Reggae.fr http://www.reggae.fr

Reggaefrance http://www.reggaefrance.com

Reggaelution http://www.reggaelution.net

Upfront.ch http://www.upfront.ch

Contact

HAMMERBASS
Records & Promotion
7 place du 11 novembre
93000 Bobigny
FRANCE

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

captcha

Kanka

Multi-instrumentiste issu de la scène reggae, KANKA compose depuis 1997. Ayant d’abord officié au sein de la formation rouennaise King Riddim et participé à l’élaboration des 2 premiers albums (percussions, samples), il fera avec le groupe + de 200 concerts ce qui lui a permis de cotoyer les pointures du genre comme Burning Spear, Gladiators, Horace Andy, Anthony B, Tyken Jah Fakoly, Alpha Blondy

Véritable touche à tout batterie, percussions, clavier, basse, machines…), KANKA est un projet solo à l’origine et il sort son 1er album en 2003 : « Every Night’s dub » (auto-production). Fruit d’un travail de 2 ans, ce disque ne sera malheureusement pas distribué au niveau national mais lui permettra de se faire repérer par certains acteurs de la scène dub française. C’est notamment après une rencontre avec le label HAMMERBASS qu’un titre sera pris pour la fameuse compilation I DUB YOU ! sortie chez EMI début 2004 aux côtés de Lee Perry, Mad Professor, Jah Warrior, AlphaΩ, Brain Damage, Zenzile, le Peuple de l’herbe, Manasseh

Mais le projet KANKA peut aussi se decliner sur scène où les instruments sont mélangés aux machines pour le + grand plaisir des dub addicts : il fait alors appel au chanteur/percussionniste MC OLIVA également présent sur l’album) qui est par ailleurs animateur du Sound System BLACKBOARD JUNGLE ( cf soirées Paris Dub Club…) et à un bassiste, CHRIS B, qui lui vient plutôt du milieu électro.

En 2004, ils auront notamment partagé l’affiche avec MANASSEH, TWILIGHT CIRCUS, LEE PERRY, TYKEN JAH FAKOLY

Label

Depuis sa création en 1997, HAMMERBASS Records oeuvre pour la diffusion du DUB sous toutes ses formes : roots, electro, ethno, steppa, ambient…

A l’origine du label, les soirées du collectif DUB ACTION organisées régulièrement à Paris depuis 1995 par des amateurs éclairés de DUB musiques officiant déjà dans le milieu musical. Le but était d’abord, il faut bien l’avouer, de se faire plaisir puisque le DUB était alors totalement absent de la scène française. Le plaisir allant avec l’envie de partager, il s’agissait également de faire découvrir cette musique qui venue de la Jamaique au milieu des 70′s, prit son 1er envol européen aux alentours de 77 à Londres, grâce aux groupes punk (Clash, Ruts, Slits…) pour finalement refaire surface quasiment 20 ans plus tard avec la vague techno qui popularise le concept de « remix », essence même du DUB.

Que ce soit dans des caves de bar (Le Paris-Texas et L’archipel en 95 et 96), dans des péniches (Makara en 97, Batofar en 2000 et 2001), dans des salles de concert (L’Arapaho en 95, Soirées « House Of Dub » à L’Elysée Montmartre en 97 et 98, le Glaz’art de 2000 à 2003), ou des festivals (Printemps de Bourges, Garance Reggae, Telerama Dub, Astropolis, Magic Garden etc…), les soirées DUB ACTION ont permis à de nombreux fans de DUB de voir -souvent pour la 1ère fois en France- leurs artistes préférés et aux autres de découvrir les acteurs français et internationaux de ce genre en perpétuelle mutation.

Ces soirées ont donc été l’occasion pour le crew DUB ACTION de créer des liens et de travailler avec les principaux artistes et producteurs de la scène dub internationale : Ad. SHERWOOD & ON U SOUND, DUB SYNDICATE, MAD PROFESSOR, MANASSEH, ABA SHANTI, The ROOTSMAN, IRATION STEPPA’S, JAH WARRIOR, DISCIPLES, TWILIGHT CIRCUS, ZION TRAIN, A&O, AUDIO ACTIVE, BANGARANG, DUB WISER… Devant la difficulté à se procurer les productions de ces artistes en France, et les attentes du public de plus en plus nombreux grâce au bouche à oreille et à une promotion efficace, l’idée est venue de monter un label.

Des idées de collaborations ont commencé à voir le jour, notamment avec The ROOTSMAN dont le 1er album (« IN DUB WE TRUST ! ») ainsi que l’ensemble de ses productions tournaient régulièrement sur nos platines. Ce fut lors d’une DUB ACTION mémorable avec lui en 96 qu’il fut décidé de sortir dans les mois qui suivaient un maxi 4 titres vinyl : « A matter of time » voyait le jour début 97…
HAMMERBASS Records était né !

LES SOIREES DUB ACTION

Au milieu des années 90, le DUB n’était connu en France que des fans de reggae et de quelques aficionados venus du rock ou des musiques électroniques. C’est dans ce contexte que le collectif DUB ACTION constitué à l’origine de 4 personnes s’est formé. Ils tirent leur nom de l’album culte des français d’AUSWEIS sorti en 87. Leur but était de faire profiter leurs amis de leurs collections de disque en créant les 1ères soirées DUB de la capitale.

Ils les organisent dès 95 dans les « bars à dub » (PARIS-TEXAS, ARCHIPEL) avant d’emménager sur la péniche MAKARA pour des rendez vous mensuels, de 97 à 99.
Le Sound System DUB ACTION (Marco & Trispa), animateur des soirées du même nom est quant à lui invité très rapidement par l’ARAPAHO a joué en 1ère partie de RENEGADE SOUNDWAVE.

Le bouche à oreille fonctionne à plein régime et de plus en plus de monde se rallie à la cause. Les médias s’interessent également à cet engouement avec des articles dIthyrambiques (Libé, l’Evènement du jeudi, Le monde, Novamag…) et des partenariats se mettent en place (NOVA, RAGGA, TRAX, FG…), apportant ainsi leur contribution au succès des soirées.

A cette époque, la vague DUB digitale made in UK déferlait sur l’Europe mais aucun de ses protagonistes ne passait par la France. Seul le légendaire JAH SHAKA assurait de temps en temps des 1ères parties de groupes roots jamaicains. Mais pour se mettre vraiment le compte de basses il fallait aller au Notting Hill Carnival à Londres ou aux « University Of Dub » de Brixton.

DUB ACTION décide alors de faire participer d’autres DJs à l’aventure. Et c’est The ROOTSMAN le 1er artiste anglais qui nous fera le plaisir de venir à Paris pour une soirée d’anthologie à L’ARCHIPEL en 96. Fort de cette expérience encourageante les projets se mettent à fuser et suivent MANASSEH, DISCIPLES, ZION TRAIN, BUSH CHEMISTS
La jeune scène française émergente ne sera pas en reste car les parisiens pourront découvrir des formations comme BRAIN DAMAGE , HIGH TONE , JUNIOR CONY IMPROVISATORS DUB ou DUBIANS dès la fin des années 90.

En 98, face au succès grandissant des soirées, l’Elysée Montmartre propose à l’équipe de DUB ACTION d’organiser des évènements mensuels plus importants : ce sont les célèbres « HOUSE OF DUB ». L’idée est de faire venir un groupe live plus divers DJS officiant dans le DUB, quelles que soient les influences (roots ou électro).
Pendant 2 ans, ce sera donc l’occasion pour les dub addicts de voir sur scène des artistes comme DUB SYNDICATE, ABA SHANTI, ADRIAN SHERWOOD, MAD PROFESSOR, REVOLUTIONARY DUB WARRIORS, AUDIO ACTIVE…

Viendront ensuite des résidences au BATOFAR (de 99 à 2000), puis à GLAZART ( d’octobre 2000 à juillet 2003), ainsi que des soirées ponctuelles au Divan du Monde (Qaballah steppers + jamalski + Djins), au Nouveau Casino (pour la sortie de l’album solo d’Adrian Sherwood), ou au Triptyque (à l’occasion de la sortie de la compile I DUB YOU ! avec MANASSEH + TWILIGHT CIRCUS + KANKA).
DUB ACTION en tournée

Mais le DUB ACTION crew (rejoint par RASBORAS, le « scientist ») ne s’arrête pas là et décide dès 98 de proposer leurs soirées en province et à l’étranger. Dans les salles de concert bien sûr (Laiterie à Strasbourg, Bikini à Toulouse, Barbey à Bordeaux, Aeronef à Lille, Espace Julien à Marseille, Astrolabe à Orléans, Ubu à Rennes, Usine à Reims, Lune des Pirates à Amiens etc…), et aussi de nombreux festivals, du plus underground (Dubalistic, Dub me crazy, Dub Clash 1…) au plus branché (Printemps de Bourges, Mix Move, Telerama dub festival…), du plus reggae-roots (Garance reggae festival…) au plus électro (Astropolis, Magic Garden, Panorama…).

En 2001, à l’occasion de la sortie de l’album d’ELEPHANT SYSTEM (ex TREPONEM PAL), DUB ACTION assure la 1ère partie du groupe pour une série de 40 concerts à travers la France.

Pour ce qui est de l’Europe, des soirées DUB ACTION ont lieu depuis plusieurs années en Pologne (big up Maken !), en Hongrie, en Allemagne, en Belgique, en Suisse…Mais c’est surtout la tournée mémorable avec ADRIAN SHERWOOD en avril 2000 (15 dates, 5 pays) qui a permis au sound system de se faire connaître hors de nos frontières.

Attention, les soirées DUB ACTION à Paris ont repris depuis octobre 2005 au BATOFAR (DUB WISER, JOINT VENTURE SOUND SYSTEM, KANKA, SEB THE PLAYER…à suivre MANASSEH, ROOTSMAN, BOTOM BOTOM…).

TENEZ VOUS INFORME !

Les invités DUB ACTION

INTERNATIONAL : FRANCE :
UNITON HI-FI (USA – INCOMING Rec.)
NON-PLACE URBAN FIELD (GER. – INCOMING Rec.)
THE ROOTSMAN (THIRD EYE MUSIC)
DISCIPLES (BOOMSHAKALAKA)
ADRIAN SHERWOOD (ON- U SOUND)
MAD PROFESSOR (ARIWA)
ARMAGIDEON (BLACK ROOTS)
BUSH CHEMISTS (CRISPY)
ZION TRAIN (UNIVERSAL EGG)
DIGIDUB (DIGIDUB)
DUB SPECIALISTS (CRISPY)
BOBBY MARSHALL & JOHN PATTEN (ASIAN DUB FOUNDATION) (LONDON RECORDS)
REVOLUTIONNARY DUB WARRIORS (ARIWA / ON-U SOUND)
MANASSEH (ACID ROOTS)
ABA SHANTI I (FALASHA RECORDINGS)
2 BADCARD (ON-U SOUND)
BABY FOX SOUND SYSTEM (ROADRUNNER)
DREAD’N'FRED (REGGAE ON TOP)
UNIVERSAL EGG CREW
IRATION STEPPAS
PETER HOLDSWORTH (PRESSURE SOUNDS)
DUB SYNDICATE
JUNIOR CONY
YP JAZZADUB
BAWAWA SOUND
BLACK SIFICHI
DRUMAAX
HIGH TONE
NATTY BASS SOUNDSYSTEM
LAURENT GARNIER
ROUDOUDOU
WEBCAM HI-FI
IMPROVISATORS DUB
GENERAL DUB
SEB THE PLAYER

 

Brain damage

Constitué en 99 par deux membres créateurs du label stéphanois Bangarang, ce duo évolue dans un style emo-dub-ambient qui lui est désormais propre, affûté au fil de ses différentes créations et prestations scéniques.
Un maximum de collaborations artistiques ont déjà été effectuées, avec quelques-uns des principaux activistes de la scène dub internationale : Zion Train, Alpha & Omega, Scorn, ou Spectre pour ne citer qu’eux, mais aussi Hammerbass, Expressillon, ou Jarring Effect, pour ne pas oublier la jeune scène française au sein de laquelle Brain Damage tient une place de plus en plus importante, bien que fortement démarquée. Parallèlement aux sorties d’un premier maxi 5 titres et du premier album « Always greener (on the other side) », dont une partie a été effectuée à Londres au fameux « Conscious sounds studio », on retrouve certaines de leurs productions sur pas moins de 18 compilations en France, mais aussi à l’étranger via des collaborations avec des labels comme Wordsound (usa), Dubhead (uk), ou encore Tanty rds (uk). Fin 2003, de nouvelles rencontres avec le vocaliste londonien Learoy Green et le dj-poet-performer new yorkais Black Sifichi, aboutissent à la création d’un nouvel album : « Ashes to ashes/Dub to dub », pour entériner définitivement cette façon émotionnelle et si particulière qu’a Brain Damage de produire un dub désormais unique. À noter que tout parait opposer le coté ambient et « cérébral » des expérimentations studio à la scène, où les sensations redeviennent physiques, les fréquences infra-basses sont presque palpables, et le combat contre la rigueur des machines utilisées est sans merci… C’est le combat … dub !..

Back to roots

Difficile de parler de dub français sans parler de MINIMAN ! Acteur incontournable de la scène dub hexagonale depuis la fin des années 90, il a produit 2 albums, « En marche pour Sion » en 2002, et « Opus in dub minor » en 2006 (sur Hammerbass !), ainsi qu’ une dizaine de maxis vinyles avec différents labels (Zion Gate, …). Parallèllement à ce travail de studio, il enchaîne les concerts, écume les sound systems et partage notamment l’affiche avec ZION TRAIN, IRATION STEPPAS ou EASY STAR ALL STARS lors de tournées communes. Fervent défenseur du « roots & culture », MINIMAN est aussi à l’aise dans les caves enfumées de l’underground que sur les scènes de prestigieux festivals (Transmusicales, Telerama Dub, Reggae Sun Ska, Nordik Impact, Jamaican Sunrise…), et commence à se faire remarquer hors de nos frontières : MINIMAN est le seul artiste français à être joué par JAH SHAKA himself !!

En 2011, MINIMAN effectue son grand retour et se produit régulièrement avec EARL 16 et MURRAY MAN, 2 chanteurs déjà bien connus dans le milieu du reggae. Suite à ces collaborations plus que fructueuses, le producteur français décide de marquer le coup et de reproduire en studio la magie dégagée sur scène : mars 2012, « Back To Roots » voyait le jour ! Tout au long des 12 titres qui composent cet album, MINIMAN distille son dub massif à la rythmique implacable, aux basses hypnotiques et aux nappes envoutantes, bien déterminé à faire vibrer les dance-floors, à nouveau. Warrior Style !
Car même s’il est toujours profondément roots dans ses influences, la grande force de MINIMAN est de réussir à combiner la chaleur du reggae-dub originel à des ambiances urbaines plus électroniques, lorgnant parfois vers le hip hop («Faluja ») ou le dubstep (« Path Of Dub », « Icabok »). « Back To Roots » montre une fois de plus que les talents d’arrangeur de MINIMAN, pianiste de formation, et la grande richesse mélodique de ses compositions en feront l’un des albums dub majeurs de 2012.

Global pillage

Membre fondateur du collectif BANGARANG (Brain Damage…), le multi-instrumentiste FEDAYI PACHA est apparu sur la scène électro-dub en 2003 suite à l’arrêt du projet Another Sound System Experience (A.S.S.E) après un maxi d’anthologie sorti en 1999 : « From Scratch ». Fidèle à l’optique du crew stéphanois, il s’inscrit également dans le courant dub « expéri-mental », mais avec un penchant certain pour le métissage des machines et de saveurs nettement plus orientales.

Le titre de ce 4è album de FEDAYI PACHA, « Global Pillage », représente les deux éléments qui sont confrontés dans son travail : des traditions musicales et des instruments venus de différents coins de la planète et la modernité et l’éclectisme des scènes électroniques ou amplifiées.
Les 12 titres de « Global Pillage », composent un véritable voyage musical, car loin de se cantonner à ses racines arméniennes, FEDAYI PACHA trace à grands coups d’effets sonores un paysage qui s’étire de l’Inde au Sahara en passant par les Balkans et l’Angleterre.

Le projet « Dub Oriental » de départ s’est beaucoup élargi et mélange maintenant hip hop, dubstep, punk, indus, field recording avec des influences indiennes, balkaniques ou sub-sahariennes. C’est le grand échange mondial des sons qui est mis en pratique avec l’intervention d’invités musiciens, rencontrés sur scène, puis conviés à apporter leur touche aux compositions.
Le studio devient alors un vrai outil de création. Les nombreux concerts en formule « mixte » (électronique et instruments traditionnels), effectués depuis 2009 (plus d’une cinquantaine…) et l’album précédent « From The Oriental School of dub » (QWARTZ du meilleur album 2009 !!), ont préparé le terrain à une écriture d’album plus spontanée, plus collective.
Les textes ont pris de l’importance aussi, avec parmi les invités, trois chanteurs aux horizons différents. Et enfin, de nouvelles signatures rythmiques font leur apparition sur « Global Pillage pour changer un peu du sempiternel 4/4 cher aux musiques électroniques…Electr’oriental dub !!

The french connection

VIBRONICS, « The future sound of Dub », fait vibrer la planète depuis 1995. A la tête du légendaire label SCOOP, Steve VIBRONICS est, avec une quarantaine de sorties à son actif, l’un des producteurs les plus prolifiques de la scène dub européenne. Durant ces années, il a également collaboré avec une multitude de labels tels que Dubhead (« Dub Solidarity »…), Universal Egg (« Dubliftment », Jarring Effects (High Tone remix), Jah Tubbys, Sounds Around (« Heavyweight Scoops selection »…) ou Hammerbass (Brain Damage remix), sous une forme ou une autre : album, single, remixes…en vinyl ou en Cd.

Fort de ces multiples expériences et rencontres, VIBRONICS décide de « s’attaquer » à la scène dub française et après « Uk Dub Story » sorti en 2008, il est de retour dans les bacs avec un album de remixes. Véritable hommage à la scène dub hexagonale qu’il affectionne tout particulièrement, « The French Connection » réunit la crème des producteurs français, que ce soient des groupes reconnus comme HIGH TONE, EZEKIEL, KALY LIVE DUB, BRAIN DAMAGE, ZENZILE, IMPRO DUB/IRATION STEPPAS, NO MORE BABYLON, des artistes confirmés (KANKA, MINIMAN, FEDAYI PACHA) ou en devenir (WEEDING DUB, WEBCAM HI-FI, JACIN), et des sounds systems bien établis (OBF, BLACKBOARD JUNGLE). A noter sur ces versions la présence de MCs et chanteurs déjà connus de la scène reggae : Joseph Cotton, Biga Ranx, Murray man…

De cet exercice de studio, dans la plus pure tradition du Dub, sont nés 15 titres puissants clairement orientés « stepper ». Basses vrombissantes, tempo (sur)élevé, échos ravageurs, tous les ingrédients sont réunis dans « The French Connection » pour faire chauffer les sound systems et retourner les dance-floors !

Parallèllement à ces activités de production, que ce soit dans de grands festivals (Glastonbury, Dour…) ou des petits clubs, VIBRONICS s’est construit une énorme réputation live grâce notamment au talent des MCs qui l’accompagnent, PARVEZ « DUB FACTORY », MADU « MESSENGER », ou ECHO RANKS, et à la présence ponctuelle de la section cuivre The « Splitz » et le grand percussionniste I-Mitri. Le collectif VIBRONICS a ainsi sillonné l’Europe, l’Asie, l’Amérique centrale et les Caraïbes : plus de 17 pays conquis entre 2010 et 2011 !

A l’occasion de la sortie de ce nouvel album, VIBRONICS sera à nouveau sur les routes d’Europe au printemps 2012 avec un passage à PARIS à ne pas manquer le 21 Avril pour une soirée Dub Station au Trabendo qui s’annonce explosive !

Dub communication

Depuis la sortie de son 1er album en 2005 sur HAMMERBASS, le déjà culte « Don’t stop dub », KANKA fait souffler un vent nouveau sur la planète dub. Chacune de ses productions est saluée par la presse spécialisée, et des titres sont souvent joués par des sounds systems reconnus comme Iration Steppas. Son style percussif et ultra efficace, avec ses basses profondes et hypnotiques, a fait de nombreux adeptes : avec plus d’une centaine de concerts à son actif, KANKA est maintenant considéré comme l’un des fers de lance de la scène dub « steppa » européenne, et ses prestations live font l’unanimité. Il écume les salles et les festivals (Telerama dub, Garance reggae, Reggae Sun Ska, Marsatac, soirées Dub Action, Dub Stations…) et fait chauffer les sonos aux quatre coins de l’Europe mais aussi Maroc et Mexique !

Après 2 albums majeurs, « Alert » en 2007, et « Sub.mersion » en 2009, KANKA impose son style et devient un acteur incontournable de la scène dub. Puis en 2010 KANKA ralentit le tempo et se frotte au dubstep : il sort un album et un maxi vinyl sous le nom d’ALEK 6, side-project plus introspectif et confidentiel, qui lui aura permis d’explorer d’autres univers sonores.

Fort de ces différentes expériences, le conquérant du dub signe son grand retour en en 2011 avec la sortie fin septembre de son nouvel album : « DUB COMMUNICATION » ! Composé de 12 titres ravageurs, on y retrouve tout ce qui fait la force de KANKA : rythmique toujours poussée sur la quasi-totalité des titres, basses pachydermiques, et sonorités électro tranchantes. Inclus 3 bombes destinées à faire chavirer les dance-floors ! Dans la continuité de ses collaborations avec différents chanteurs lors des précédents albums (Biga, Brother Culture, Mc Oliva, Pilgrim…), KANKA s’est cette fois ci entouré de 3 artistes 100% jamaïcains déjà réputés : SINGER BLUE, DANMAN, et ZION-I.
Car même si la musique de KANKA puise ses influences dans le reggae-dub originel jamaïcain et anglais, la production soignée et la rythmique soutenue lui permettent de conquérir un public aussi bien électro que reggae et de l’emmener vers une transe puissante.

Attention, l’impitoyable martèlement se met en route et passera sûrement près de chez vous…Warrior Style !

INSIDE

Pour les amateurs éclairés d’électro-dub fracassant, le nom de KANKA est maintenant familier… mais c’est avec un nouveau projet estampillé dubstep et un nouveau nom que le conquérant du dub revient : ALEK6 .

Plus introspectif, ALEK6 présente une autre lecture du dub : avec ce 1er album intitulé INSIDE, le tempo est ralenti, les basses sont hypnotiques et les sonorités plus électro que dans ses productions habituelles.
Mais la puissance de feu reste la même ! Infrabasses tétanisantes, nappes captivantes, skanks ciselés à la hache, caisse claire incisive…le tout formant une structure imparable.
Tout au long des 10 titres qui composent INSIDE, la production est pachydermique et n’a rien à envier aux meilleures sorties anglaises du genre !
Mais ALEK6 trace son propre chemin, et évite les sentiers déjà abattus par d’autres.
Car la spécificité d’ALEK6 est de réussir à combiner la chaleur du reggae-dub originel aux ambiances urbaines du dubstep. Dans INSIDE, l’atmosphère est pesante mais jamais malsaine, la texture sonore agressive mais jamais froide.
A noter tout de même la présence de deux titres au tempo plus énervé qui vont faire chavirer les dance-floors, le très stepper « Home » et « Station » plus drum-n-bass.

ALEK6 le nouveau nom du dubstep !

Relight

Un album soft mais prenant (Coda), élégant mélange aux effluves jamaicaines (Le Monde), des compositions lancinantes (20 Minutes), sublime qualité de son et fluidité absolue (Reggae.fr), un dub qui se fond dans l’électro-ambient et se fait chamanique jusqu’à prendre la forme d’une envoûtante installation sonore (Télérama), Dubphonic étire ses rivages sensuels sous des astres bienveillants et bien leur en prend (Keyboards)…

Telles sont quelques unes des critiques qui ont salué la sortie de SMOKE SIGNALS (Hammerbass / 2003), 1er album de ce trio parisien après un maxi cultissime enregistré pour le label américain Guidance. Entièrement instrumental, ce disque fera le bonheur des illustrateurs sonores et music supervisors, certains titres figurant aux génériques des prestigieuses séries américaines « Six Feet Under » (2è saison/ép.9) et « Dexter« (2è saison/ép.2).

Une tournée en 1ère partie des fameux Japonais d’AUDIO ACTIVE et quelques concerts parisiens plus tard avec le crew HAMMERBASS / DUB ACTION, le groupe décide de retourner en studio pendant que leur remix d’Orozco (des autrichiens TOSCA sur G.STONE) fait le tour du monde et que plusieurs morceaux de l’album apparaissent sur de nombreuses compilations en France et à l’étranger.

Si l’inspiration est là, Stefane Goldman (guitares), Alexis Mauri aka ALEXKID (programmation/réalisation) et Sylvain Mosca aka BEN (programmation) ne se satisfont pas du résultat et mettront 3 ans à réunir une dizaine de compositions qu’ils jugent digne d’être enregistrées pour un nouvel album. Ce seront les 10 titres de « RELIGHT« , 2è opus du groupe, qui sort à nouveau chez HAMMERBASS, « label défenseur d’un dub fédérateur pour tous » !

Au cours de ce lent processus de création, 4 morceaux vont s’imposer comme des chansons pour l’interprétation desquelles le groupe va solliciter les chanteuses américaines LISET ALEA (entendue sur les albums 2 et 3 d’ALEXKID pour F-Comm.) et DANIELLA D’AMBROSIO (Nouvelle Vague et la voix d’Air France avec Aswefall), la chanteuse brésilienne CÈU (dont le nouvel album « Varagosa » est sur le point de sortir en Europe) ainsi que le chanteur MAU, co-fondateur du groupe anglais Earthling et collaborateur des français de 7dub.

Si les membres originaux du groupe tiennent toujours la majorité des instruments et restent les principaux compositeurs du répertoire, ils se sont entourés de leur fidèle collaborateur DJ SEEP et de musiciens comme Jean-Philippe RYKIEL et Rodriguez Junior (ex Youngsters) au piano, Jérémie Poirier-Quinot à la flûte et Prince Zober aux percussions, enrichissant ainsi leur palette sonore sans pour autant renier l’essence cinématographique de leur musique particulièrement perceptible dans des titres comme « Nora Sun » ou le somptueux « Outland » qui clôt l’album.

Au programme donc : rythmiques lancinantes, mélodies envoûtantes, et bien sûr grosses basses, le tout oscillant entre trip-hop majeur (on pense à Massive Attack ou Portishead…) et électro-dub original (Tosca, On U Sound, Dreadzone…).

DUBPHONIC fait figure d’ovni et prouve une fois de plus que leurs productions sont parmi les plus novatrices de la scène électro française !!

A l’occasion de la sortie de ce nouvel album, DUBPHONIC feat. DJ Seep seront le 28 nov. prochain sur la scène du Trabendo à Paris dans le cadre du TELERAMA DUB FESTIVAL.

From the oriental school of dub

Membre fondateur du collectif BANGARANG (Brain Damage…), le multi-instrumentiste FEDAYI PACHA est apparu sur la scène électro-dub en 2003 suite à l’arrêt du projet Another Sound System Experience (A.S.S.E) après un maxi d’anthologie sorti en 1999 : « From Scratch ». Fidèle à l’optique du crew stéphanois, il s’inscrit également dans le courant dub « expéri-mental », mais avec un penchant certain pour le métissage des machines et de saveurs nettement plus orientales.

Après différentes apparitions sur les incontournables compilations I Dub You, Combat Dub ou French Dub System, et deux albums à son actif («Dub Works… » en 2005 et « The 99 names of dub » en 2007), FEDAYI PACHA revient en mai 2009 avec un 3è opus intitulé : « FROM THE ORIENTAL SCHOOL OF DUB ».

Toujours seul aux commandes de son studio mobile, FEDAYI PACHA mélange samples et musiciens invités, ordinateur et instruments traditionnels. Il dévoile le travail de déconstruction / reconstruction jusqu’à ses limites les plus extrèmes et passant du matériel le plus récent aux rebuts des technologies périmées : duduk, sirènes, mélodica, mégaphone…

Les 11 titres de ce nouvel album composent un véritable voyage musical, car loin de se cantonner à ses racines arméniennes, FEDAYI PACHA trace à grands coups d’effets sonores un paysage qui s’étire de l’Inde au Maghreb en passant par les Balkans et l’Angleterre.

On pense à African Head Charge jammant avec Kusturiça, Jah Wooble revisité par Goran Bregovic, Bill Laswell remixant Bally Sagoo…quelque part entre les productions du mythique label ON U SOUND et les géniales productions de Muslimgauze.

Et pour partager l’aventure, FEDAYI PACHA a invité une dizaine d’artistes dont les renommés Alexander HACKE du groupe culte ENSTÜRZENDE NEUBAUTEN, Philippe « Garbencito » TEBOUL qui a officié au sein de LA MANO NEGRA et continue avec RADIO BEMBA, Raphael TALIS de BRAIN DAMAGE, ou Manu CHEHAB du trio MAA JULU.

Fort de ces multiples rencontres et des récentes collaborations discographiques avec des artistes aussi divers que MAX CAVALERA (Sepultura, Soulfly), LAURENT DE WILDE (Pc Pieces), ou CASUALTY, FEDAYI PACHA dépasse les frontières et s’affranchit des racines jamaïcaines du dub en l’épiçant autrement.

La version « électrorientale » du dub est prête à envahir tous les sound-systems !!!

Sub.mersion

Depuis la sortie de ses premiers albums « Don’t stop dub » début 2005 et « Alert » fin 2006, KANKA est considéré comme l’un des fers de lance de la scène dub « steppa » en Europe.

Chacune de ses productions (cd ou vinyl) est acclamée par la presse spécialisée, jouée par bon nombre de sounds systems respectés (IRATION STEPPAS, BLACKBOARD JUNGLE…), et ses prestations live scotchent tout le monde (Telerama dub festival, Reggae Sun Ska etc…) !! Avec son style percussif et ultra efficace, influencé par le dub anglais et jamaicain, KANKA a fait de nombreux adeptes et son nouvel album, « SUB.MERSION », est vivement attendu par les dub addicts de tous les continents.

On retrouve tout au long des 13 titres conquérants qui composent ce nouvel opus tout ce qui fait la force de KANKA : rythmique dynamique, basses lourdes et hypnotiques, sons électro énergiques…Warrior style ! Comme dans les précédents albums, la collaboration avec des MCs de tout bord se poursuit dans « SUB.MERSION » avec la présence du célèbre RANKING JOE, du fidèle MC OLIVA, du jeune pousse BIGA et de la mexicaine MONEYEI. L’internationale dub n’en finit pas de se construire…

Libre

Originaire de Martinique, BABY G fait ses premiers pas de chanteur au sein de la chorale de sa paroisse de Tivoli, il a alors 10 ans. Une vocation est née en même temps qu’une voix. Après avoir écumé les sounds systems de l’ïle et enregistré un 1er album en Jamaique (« Hileaf »), il rejoint la métropole en 1998 où il rencontrera le collectif DUB ACTION / HAMMERBASS et la formation reggae-dub DJINS. En résultera un album distribué nationalement et acclamé par la presse spécialisée, « H.I.M » (Hammerbass Rec.), sorti en 2002 avec des featurings de renom : GHETTO PRIEST du crew ON U SOUND, Yaniss ODUA ou le fast MC JAMALSKI.

A la même époque, il fait des apparitions sur l’album d’Elephant System (Island) produit par le dub gourou Adrian Sherwood, et participe à la compilation « Plus de cœur égal soleil » (Barclay) de PK Machine. En 2004, il rend hommage à Jimmy Cliff en interprétant le tube « Reggae Night« , single produit par BMG qui sera accompagné d’un clip diffusé sur de nombreuses chaînes (M6, Trace TV, MCM…) et d’une tournée française.

En 2006, BABY G rejoint le collectif BLB pour réaliser plusieurs titres sur l’album « Ebene » aux côtés d’Asher, Sinjahman, King Kalabash. Ils se produiront ensemble sur de nombreuses scènes au niveau national mais aussi international (Belgique, Suisse, Mali…), et s’est vu programmé aux côtés d’autres artistes reggae de renommée tels que Lyricson, Daddy Yod ou Daddy Mory.

Toujours sur la brêche, BABY G revient en 2008 avec un nouvel album solo qui s’annonce aussi éclectique que l’artiste lui-même : « LIBRE ». 13 titres chaloupés où reggae roots, dance-hall ou hip-hop se mêlent allégrement à l’une des plus belles voix du reggae en France ! Pour l’occasion il est accompagné sur certains morceaux par la chanteuse Maayitah sur 2 titres et les chanteurs Neg Lyrical, Le R.I.C, et Mickee 3000. Loin des clichés actuels du reggae/ragga (culte du voyou et des armes, homophobie, misogynie, racisme), BABY G prêche la tolérance et la responsabilisation de la jeunesse et de ses actes démontrant une fois de plus que l’on peut faire danser les foules tout en les éduquant.

Car BABY G est aussi un artiste de scène : il a foulé le sol de scènes prestigieuses et de nombreux festivals : l’Elysée Montmartre, le New Morning, 1ère partie de la tournée nationale d’Israël Vibration en 2003, Jamaican Sunrise à Bagnols / Cèze, Garance Reggae Festival (Bercy), SummerJam, Festival des arts et des traditions au Mali…

« Libre » sort le 24 novembre toujours sur Hammerbass !

Inna Steppa Dub

Né de la rencontre explosive de 2 formations incontournables de la scène dub européenne, le projet « IMPROVISATORS DUB meets IRATION STEPPAS » a vu le jour à l’occasion d’une création et un concert unique pour le Printemps de Bourgesen 2007, fruit de 10 jours mémorables de travail en commun.

Le résultat fut tellement encourageant que les 2 groupes décidèrent de ne pas en rester là…

Au menu : 12 titres ravageurs, taille sound system !

Rythmiques imparables, basses abyssales, effets dévastateurs et chants terriblement efficaces que n’aurait pas renié Prince far I…De quoi faire chauffer les systèmes et les dance floors !

Histoire de boucler la boucle, le super collectif décline ces titres en un live écrasant, percutant, perforant, bref : puissant !
Et après avoir mis tout le monde d’accord lors de la dernière édition du Telerama Dub Festival en mai 2008, les 8 dubbers remettent ça avec une série de dates exceptionnelles en France : c’est l’événement dub de cette fin d’année à ne rater sous aucun prétexte!

The 99 Names of Dub

Après différentes apparitions sur les incontournables compilations I Dub You, Combat Dub 2, French Dub System 2, et un 1er album sorti en 2005 (“Dub Works (in mysterious waves)” / BASSCD023), FEDAYI PACHA revient en 2007 pour l’année de l’Arménie avec un 2è opus intitulé « The 99 names of dub« , toujours sur HAMMERBASS.

Fidèle à l’optique du crew stéphanois BANGARANG dont il fait partie (cf A.S.S.E en 1999), cet album s’inscrit également dans le courant dub très électronique, mais avec un penchant certain pour le métissage des machines et de saveurs nettement plus orientales. Seul aux commandes de son studio, FEDAYI PACHAmélange samples et musiciens invités, ordinateur et duduk (hautbois arménien) dévoilant le travail de déconstruction/reconstruction jusqu’à ses limites les plus extrèmes et passant du matériel le plus récent aux rebuts des technologies périmées. Loin de se cantonner à ses racines arméniennes il trace à grands coups d’effets sonores un paysage qui s’étire de l’Inde au Moyen Orient en passant par les Balkans.

A la manière des orientalistes, le thème n’est qu’un prétexte pour renouveler l’approche: FEDAYI PACHA s’affranchit des racines jamaïcaines du genre en l’épiçant autrement. Ici, toutes les contrées du dub moderne sont explorées : ethno, ambient, steppa, drum’n'bass, dubstep…On pense à Bill Laswell, Muslimgauze ou Jah Wobble.

La 1ère série de concerts (parmi lesquels le festival du Larzac 2003, le Confort Moderne, le festival Avatarium, le Batofar…partageant la scène avec Brain Damage, Ez3kiel, Manasseh, Aba Shanti ou Techno Animals, dont une tournée avec KANKA et le DUB ADDICT Sound et une date mémorable au SAKIFO festival à La Réunion en 2006), a permis de nouvelles rencontres musicales qui, outre la France, ont permis à FEDAYI PACHA de silloner la Slovénie, la Suisse, la Bosnie, la Belgique ou le Kosovo.

FEDAYI PACHA sera en tournée pour une vingtaine de dates du 21 mars (PARIS / LE TRYPTIQUE !!) à juin. La version électrorientale du dub est prête à envahir tous les sound-systems !!!

Alert

Depuis la sortie de son 1ER album « Don’t stop dub ! » début 2005, acclamé par la presse spécialisée et joué par bon nombre de sounds systems respectés, KANKA est considéré comme l’un des fers de lance de la scène dub « steppa » en France. Avec son style percussif et ultra efficace, KANKA a fait de nombreux adeptes et son nouvel album, « ALERT », est attendu par les dub addicts de tous les continents.

On retrouve sur les 12 titres qui composent ce nouvel opus tout ce qui a fait la force de KANKA : rythmique dynamique, basses lourdes et hypnotiques, sons électro énergiques…Warrior style !

Même si la musique de KANKA puise ses influences dans le reggae-dub originel, la modernité de la production et les rythmes de batterie soutenus lui permettent de conquérir un public aussi bien electro que reggae et de l’emmener vers une transe puissante. Comme dans le précédent album, la collaboration avec l’un des MC les plus talentueux du moment, l’anglais BROTHER CULTURE, se poursuit dans « ALERT » et son flow reconnaissable apparaît sur 3 morceaux (+ quelques vocaux additionnels sur 2 autres titres). L’internationale dub n’en finit pas de se construire…

« ALERT » va faire chauffer les sounds systems…

Qui sonne l’alerte, récolte le tempo !

Opus in Dub Minor

Toujours profondément roots dans ses influences (King Tubby, Sir Coxsone, Jah Warrior, Dub Syndicate…), MINIMAN, distille son dub massif en élargissant ses frontières vers le trip-hop, le breakbeat, l’indus ou la transe.
Un son étoffé de samples, de mélodica et d’ambiances cinématographiques qui empreintent parfois à certains thèmes de musique de films.

Heart Of Dub

NUCLEUS ROOTS a vu le jour à Manchester en 1996 après la création d’un studio portant le même nom, véritable plateforme pour tous les artistes reggae de la région.
Avec déjà 3 albums à leur actif, NUCLEUS ROOTS est devenu une référence de la scène reggae-dub anglaise enchainant les concerts partout en Europe (ils ont notamment joué 3 fois au fameux Glastonbury festival et tourné avec ZION TRAIN ou IRATION STEPPAS) et collaborant avec des artistes de renom comme TWINKLE BROTHERS, MISTY IN ROOTS, JAH SHAKA, DUB SYNDICATE, ABA SHANTI & FREDLOCKS

En 2006, NUCLEUS ROOTS revient donc avec un nouvel album, entièrement dub cette fois ci, et c’est tout naturellement vers le label HAMMERBASS que les anglais se sont tournés pour une collaboration sur ce projet intitulé  »HEART OF DUB ». Les 14 titres présents sont quasimment tous tirés des précédents albums et sont totalement inédits. Dans la plus pure tradition jamaicaine, ces dubs sont bien roots et destinés à être joués dans les sound systems.  »HEART OF DUB » va faire chauffer les dance floors !

 »HEART OF DUB » sortira le 02 mai en France et à cette occasion le groupe sera en concert aux festivals ZICALIZES (4 mai / MASSY) et TELERAMA DUB FESTIVAL (19 mai / PARIS), et en version sound system les 29 et 30 avril aux  »3 petits cochons » dans le cadre du PRINTEMPS DE BOURGES…A venir également une soirée DUB ACTION à Paris / Batofar en juin.

This not a stereotype

Après l’album “Peace, Unity, Love, Having Fun and Computers ”, et plusieurs apparitions sur de fameuses compilations, les lyonnais de BOTOM BOTOM reviennent enfin avec leur 2è opus intitulé : ‘‘This not a stereotype’‘.

On retrouve bien sûr tout au long de ces 13 titres tout ce qui fait le son de BOTOM BOTOM : un mélange varié et explosif d’electro-dub, de trip-hop, de rythmes groovy et de mélodies envoutantes et surprenantes.
Mais la voix sensuelle de leur chanteuse, trop rare sur le précédent album, y est cette fois ci omniprésente et les arrangements ont des touches encore plus orientales…

Inclus le remix décapant du titre ‘‘Reality Show’‘ présent sur le 1er album.

De l’électro-dub aux musiques du Monde, du trip-hop au reggae, la musique de BOTOM BOTOM donne un souffle nouveau à la scène française !!

Un disque indéniablement sensuel et punchy !

Behind The Dub Side

Avec ce nouvel album intitulé ‘‘Behind The Dub Side’‘, DUB WISER nous embarque dans une aventure urbaine et métissée où les croisements culturels sont toujours de rigueur : dub, reggae, hip-hop, jungle, musiques électroniques, traditionnelles, industrielles…

Aventure notamment épicée par la présence des chanteurs invités pour l’occasion et qui évoluent chacun dans un style différent : C’TOM le 3è homme de DUB WISER, pratiquement présent sur tous les morceaux, AGNIESZKA et sa voix de velours (titres 4,11,12), SOLOMON KT qui chante en amharique et en anglais (titres 2,10,11), LYNCEE plutôt ‘‘lovers’‘ style (titre 7), et KROKMEETEN pour un rap hard-core virulent (titre 5).

On l’aura compris, dans ‘‘Behind The Dub side’‘ le chant est beaucoup plus présent que dans leurs précédentes productions avec des intervenants de tous horizons (Pologne, Ethiopie, Antilles, 93…), prouvant encore une fois que le trio DUB WISER n’hésite pas à se remettre en question à chaque sortie d’album et qu’il constitue un groupe phare de la scène électro-dub européenne.

Dub works (in mysterious waves)

New comer at BANGARANG, the St Etienne dub crew Brain Damage, FEDAYI PACHA was created by a former member of Another Sound System Experience `A.S.S.E`.

Musicwise we`re still talking of electro dub, but blended with oriental flavours. Without limiting himself to his Armenian roots FEDAYI PACHA’s mixes sound explores the whole Middle-East area (Palestine, Egypt,…).

It`s just a theme used to renew this fresh approach to these dubs. In these 9 heavy tracks FEDAYI PACHA cooks dub with different spices. Then we start thinking of Bill laswell, Bally Sagoo or even Black Star Liner…

Don’t Stop Dub

Son univers se caractérise principalement par des morceaux conquérants, influencés par le dub anglais et jamaïcain. Le son s’oriente vers un style « stepper » (warrior style !) et ses compositions sont bien sûr fortement axées sur la basse-batterie. Même si les rythmiques reggae sont souvent présentes, c’est un style résolument moderne dont il est question et de tempos plutôt élevés pour du dub. Les lignes de basse lourdes et entêtantes sont en effet combinées à des rythmes de batterie soutenus et dynamiques. Les artistes qui ont répondu présent sont prestigieux et bien connu des fans de reggae-dub :

Pour enrichir sa musique et son style percutant, KANKA fait parfois appel à des chanteurs orientés vers le toast ou à des cuivres. C’est le cas pour le 2è album paru fin mars 2005 sur HAMMERBASS Records : « Don’t Stop Dub ! » (dist Nocturne). On notera donc la participation de BROTHER CULTURE (direct from Brixton), le MC attitré du MANASSEH Sound system et qui a déjà collaboré avec TWILIGHT CIRCUS, MUNGO’S HI FI, YOUTH, DREADZONE …ce qui apporte une dimension plus universelle au dub de KANKA.

Plus basé sur la recherche de l’efficacité rythmique que sur l’expérimentation, cet album s’adresse directement au dancefloor !!

Ashes to ashes – Dub to dub

Nous sommes en 2004, le dub a désormais plus de trente ans d’histoire. Cette admirable longévité s’explique aisément par le caractère évolutif de ce genre musical, en permanente mutation tant artistique que technique, de Kingston à Londres, New-York, et plus récemment Berlin, Paris, Lyon ou St-Etienne.
Pour exemple, on remarque que depuis quelques années déjà, en France ou ailleurs, bon nombre de créateurs pensent dub dès le départ, s’affranchissant du modèle originel jamaïcain, qui consistait à s’inspirer de façon quasi systématique d’une création chantée déjà existante.Trente ans plus tard, le temps d’un album (leur 2è), Brain Damage entend renouer avec cette tradition. Les récentes rencontres avec les deux vocalistes Learoy Green et Black Sifichi offrent en effet les sources idéales à la création de 5 titres, déclinés en leurs 5 versions dub respectives, formant ainsi cet album au caractère symétrique, voire géométrique, depuis sa forme même, jusqu’en son intitulé :  »Ashes to ashes / Dub to dub ».A la base du projet, le choix pertinent de deux invités, évoluant chacun respectivement dans des sphères diamétralement opposées et pourtant réunis pour l’occasion, souligne ainsi une certaine  »unité du cercle »:  »the unity of the circle » .Née d’une réelle volonté artistique, cette esthétique, géométrique, symétrique, omniprésente dans chaque détails de cet album, tant auditifs que graphiques, accompagne sensiblement le côté  »carré » et robotique de Brain Damage, aux évocations tri-dimensionnelles, toujours en étroite collaboration avec les technologies numériques les plus récentes. On pense alors à  » l’équilibre du cube  » :  » the balance of the cube  »Enfin, il faut comprendre en l’intitulé lui même,  »Ashes to ashes / Dub to dub », une référence au côté éphémère de toutes choses ici-bas, dans un contexte de crise généralisée, globalisée, internationale, nationale, locale…

Remixed : Dubwise

This project is actually the 1st part of a serie of remixes he elaborated with other artists using his album ‘Foundation Rockers’ (end of 2003).
Entitled « Remixed : Dubwise », he brings together the ‘roots’ tunes and turns on original vocals of well-known singer (featuring in the previous album) : BIG YOUTH, LUCIANO, MIKAL ROSE (Black Uhuru), RANKING JOE, BROTHER CULTURE.

For exceptional vocalists, he needed exceptional remixer !
The artists who showed up are prestigious and well-known by reggae-dub fans.

71 minutes of original sound in the purest Jamaican tradition !

XLR8R « Twilight Circus is the top sound….. »
THE WIRE – « …..this is as good as newly created dub gets… » – Steve Barker
EXCLAIM! – « Moore’s songwriting and recording technique remains superior to anyone working in dub today »
REGGAE VIBES – « One of the most creative and original Dub wizards in the world! »

Dub Plate Style 2

Un second volume propose aujourd’hui une sélection de titres inédits produits par MANASSEH à partir du début 90 avec les featurings fidèles de EARL 16, BROTHER CULTURE et DANNY RED déjà présents sur l’album précédent. Inclus le classique de EARL 16  » Zion City  » repris par DREADZONE notamment et le clin d’œil respectueux aux CLASH avec  »Dubs Of Brixton » qui termine l’album. MANASSEH réussit là le tour de force de faire perdurer la tradition  »roots&culture » des sounds systems anglais (Jah Shaka, Aba Shanti…) tout en insufflant des sonorités modernes. Il prouve encore une fois qu’il est l’une des influences majeures du dub actuel.

En exclusivité mondiale sur HAMMERBASS Records !

Combat Dub 2

A l’heure actuelle, peu de gens savent qu’avant d’être un groupe, Brain Damage était une émission de radio hebdomadaire spécialisée dub, par ailleurs toujours diffusée sur les ondes de Radio Dio 89,5 mhz, à St Etienne. Depuis plus de huit ans, le principe de chaque sélection est simple : relier chaque semaine, le temps d¹une heure de mix seulement, les influences fondatrices jamaïcaines aux productions dub les plus avant-gardistes. C’est bel et bien dans cet esprit que ce Combat dub 2 a été réalisé. S’il fallait opposer les amateurs de dub roots aux adeptes de sonorités plus dures, contemporaines, voire futuristes, l’évolution naturelle de cette sélection tendrait ainsi à pousser chaque  » camp » à faire un pas vers l’autre.

Autre concept de base : toutes les versions ici présentes sont des remixes tirés du premier album de Brain Damage :  » Always greener ( on the other side )  », à l’exception de deux inédits proposés par le duo en début et en fin de sélection. A l’image du volume 1, on remarquera que bon nombre de ces artistes remixeurs nous viennent de l’étranger, à l’heure où la scène dub française explose. Le collectif Bangarang entend ainsi une nouvelle fois revendiquer sa différence, tout en respectant la qualité du travail des différents acteurs de cette récente et talentueuse mouvance dub hexagonale. C’est aussi une nouvelle fois l’occasion de clamer haut et fort que le dub est international, et qu’il se doit de rester en permanente mutation pour ainsi ne jamais tomber dans l’oubli …
Track list :

* Brain Damage ( F ) : Major crisis : unreleased

* Vibronics ( Uk ) : remixed from  » On the other side  ». Sans doute l’un des projets les plus marquants du label britannique Universal Egg, proche de Zion Train. Le son de Vibronics est massif et sans concession. Feeling sound system garanti !

* Alpha & Omega ( Uk ) : remixed from  » Spirit world  ». Que dire ! Respecté internationalement tant pour son passif que pour sa longévité, ce duo nous gratifie d’une troisième collaboration avec le label Bangarang. Au gré d’une vingtaine d’albums, Alpha & Omega a su poser bon nombre des fondations du novo dub anglais. Evidemment, une référence.

* Manutension ( F ) : remixed from  » Genetic weapon ». Elément incontournable et incontrôlable du groupe Improvisator¹s dub, précurseur du dub en France, Manutension parait ne vivre que pour le son, et les vibes qui s’en dégagent… L’un des personnages les plus attachants et talentueux de la scène dub francaise.

* Sam  » Kronik  » Clayton ( Jam ) : remixed from  »Just suddenly peaceful ». Fils de S.Clayton, élément clef des Mystic Revelation of Rastafari, légende jamaïcaine ô combien respectée, Sam a su se faire rapidement sa propre réputation. Récemment installé en France, il est constamment sollicité en sa qualité d¹ingénieur du son hors pair (Skatalites, D. Dekker), mais aussi pour la qualité de ses productions.

* Mossman ( Can ) : remixed from  » Vanishing point  ». On pense forcément au grain de folie qui a engendré les productions si particulières de Lee Perry dans les années 70. Bien des années plus tard, quelque chose de semblable a probablement germé dans la tête de Mossman. Etonnant.

* Alter Echo ( Usa ) : remixed from  » Pre war psychosis ». Membre créateur du surprenant label BSI, de la côte ouest des Etats Unis, Josh Derry mène le projet Alter Echo d¹une main de maître. Oscillant entre hip hop indus et dub ambient, il a récemment collaboré avec Dj Spooky et remixé Lee Scratch Perry.

* Rasboras ( F ) : remixed from  » Doom’s day machine ». Présenté comme le  »scientist  » du collectif parisien Dub Action / Hammerbass, Rasboras fait partie de ces artistes dont on attend chaque production comme une averse en pleine sécheresse… Perfectionniste mais discret, on dit qu’il travaillerait en secret un projet d¹album…

* Fedayi Pacha ( F ) : remixed from  » Just suddenly painful  ». Tout nouveau projet au sein de l’écurie Bangarang, à l’initiative d’un ex membre du groupe Another Sound System Experience ( RIP ! ). Attention, ce producteur est un cérébral ! Rien n’est laissé au hasard, tout est anticipé… et la puissance est au rendez vous !

* Kobe ( F ) : remixed from  » Les petits yeux métalliques  ». Clavier dans les années 80 du groupe Babylon Fighters, ayant eu une influence massive sur la scène dub française actuelle, Kobe est désormais reconnu pour ses qualités d’ingénieur du son, tant en live avec Brain Damage, que dans son  » loaded studio  » à St Etienne. A noter qu’il ne distille qu’au compte-goutte ses productions personnelles ! Profitons-en !

* Scorn ( Uk ) : remixed from  » A little walk to nowhere  ». Projet solo de Mick Harris, artiste que l’on peut considérer autant comme atypique que génial… Un CV impressionnant : ex-batteur de Napalm Death, collaborations avec Bill Laswell, John Zorn et j’en passe. Ici, le dub/hip hop ambient est arrivé à son paroxysme. Difficile d’aller plus loin, tout simplement !

* Brain Damage ( F ) :  » Armistice  » unreleased. Le duo n’entendait pas rester les bras croisés, et s’est permis d’ouvrir et de fermer cette sélection avec deux morceaux inédits.

Smoke Signals

Lors d’une excursion à Aubervilliers, Dubphonic trouve refuge dans les locaux de Hammerbass, label défenseur d’un dub fédérateur pour tous, symbole de paix et de l’exception culturelle universelle. A l’abri des intempéries, l’idée d’une joint-venture s’impose et c’est ainsi que ces activistes excentrés signent Dubphonic au nez et à la barbe de toutes les majors.

Souci de transparence, respect de la nature, Dubphonic pratique le tri sélectif et la traçabilité à toutes les étapes de la création. Garantie sans OGM, leur musique chamanique aux vertus médicinales incontestées fait revenir l’être aimé, résout les problèmes d’argent et de confiance en soi, assure la réussite aux examens et a servi avec succès de bande sonore à de nombreuses expositions d’art contemporain.

Verbalistic

Cet album explosif et « verbalistic » nous révèle une nouvelle facette des DJINS avec encore plus de voix et de nouvelles rencontres (Baby G, Ghetto Priest [UK], Brother Culture [UK], MC Jamalski [NYC], Venudas (BRA)…), de sons électro, et donc d’énergie. Les deux alchimistes vous plongent dans une transe moderne et vous feront voyager jusqu’aux confins du reggae, des musiques du monde et de la « Drum’n'bass version French touch ».

JAH WARRIOR & Friends

Drums: A.Millgate Bass Keyboards: Steve Mosco Percussion: Jonah Dan Guitar: Hughie Izachaar & Jerry Lyons Melodica: Hughie Izachaar Trombone: Chris Petter Trumpet: Dave Hake Sax + Flute: Richard Doswell

CHAPTER II : Tribute To Remixes

CHAPTER II : Tribute To Remixes (Hammerbass-Nocturne) est sorti en avril 2003. Ce projet entamé il y a deux ans, réunit 14 remixes réalisés par l’entourage musical du groupe. C’est un peu le reflet de la palette sonore de Dub Wiser. Ont participé à ce projet: MB, Brain Damage, Alon Adiri, Rasboras, The Count of Monte Cristo, General Dub, Dither, Djins, Psychronauts, Caracas, Wide Open Cage, Collapse et Fast Forward. A découvrir ABSOLUMENT !

H.I.M

12 titres représentatifs de sa personnalité et de son talent, allant du reggae roots (« Chacun sa vie », « Lumière », « Rasta » dont un morceau avec GHETTO PRIEST (« Zion ») du crew On-U sound) au ragga en compagnie de l’inimitable MC JAMALSKI de New York City (« Ashanti ») et de Yaniss ODUA (« Bô kaîl ») en passant par des morceaux plus « lovers » (« Rêver », « Jeune homme ») et des perles acoustiques (« h.i.m., Bénis jah ») qui mettent en valeur sa voix.
Loin des clichés actuels du reggae/ragga (culte du voyou et des armes, homophobie, misogynie, racisme), il prêche la tolérance, la responsabilisation de la jeunesse et de ses actes et l’amour des autres.
Il a notamment assuré la 1ère partie de la tournée française d’ISRAEL VIBRATION et participé au GARANCE REGGAE FESTIVAL à Paris / Bercy et au JAMAICAN SUNRISE 2003 à Bagnols/cèze.

Peace, Unity, Love , Having Fun And Computers

‘‘Peace, Unity, having Fun and Computers’‘ est le 1er album pour ces lyonnais, actifs sur la scène éléctro-dub depuis la fin des années 90.

De l’électro-dub “vitaminé ”au dance floor “arabisant ”en passant par un trip-hop sensuel ou une drum’n’bass rafraîchissante, cet album de 12 titres qui fourmille de gimmicks imparables et de thèmes mélodiques, nous montre que la musique électronique peut être chaude, vivante et humaine.
Le sampler ici utilisé comme un véritable instrument associé à des basses bien grasses, des rythmes groovy ponctués de claviers inspirés du dub forment l’essence de leur base sonore. Les voix détunées, pitchées, time-strechées ajoutant la touche finale à cette musique délibérément originale et positive.

Peace, Unity, Love, Having Fun and Computers ” and DUB !

New Testament

With this album entitled NEW TESTAMENT, THE ROOTSMAN has reached a new step in his musical quest. Not as instrumental as his previous productions, the 13 tracks of NEW TESTAMENT are offering us a vocal number of various unstoppable Jamaican artists. He has appealed to first class singers and Djs who have pitched their voices in the THIRD EYE STUDIO in 2001: Prime singers such as DADDY FREDDY, U-BROWN, EARL 16 or MIKE BROOKS, famous Djs like JAH MASON, DETERMINE, SANDEENO et BOBBY BLUE or promising youngs as CUDJOE BANTON, BONGO CHILLI , FOWLIE DON, WINSTON MC ANUFF and the delightfull British DAYJAH.

NEW TESTAMENT will charm all Ragga / Hip Hop and of course Dub lovers, as well as all of those who already embarked upon THE ROOTSMAN’s original universe.

On the occasion of the album release, THE ROOTSMAN toured across France in 2002 with BONGO CHILLI.

Dubvisions

Après de multiples collaborations ( Jamalski, Baby G, Chet, Amina…), revoilà les compères Phillippe & Yao du groupe électro-jungle-dub DJINS avec un projet parallèle : PARIS YARD.

PARIS YARD, c’est avant tout un voyage sonore et visuel, sans espace ni temps.
Chaque chanson est un univers où l’auditeur peut laisser aller son imagination, s’inventer son propre monde, raconter une histoire, se faire son propre film.

Qu’est ce qui peut nous faire voyager d’un continent à l’autre, nous faire basculer de la paix d’une savane africaine aux délires abrutissants du monde urbain, sans bouger ?
Le DUB, toujours et encore le DUB !!!
Les 10 morceaux de cet album sont le fil conducteur et le moteur de 10 histoires différentes. En l’écoutant, on a des visions, des images plein la tête, des rêves de mondes meilleurs, des envies de vacances ou d’aventures et même parfois de rien. La musique et le dub en particulier sont là pour nous faire franchir quelques barrières…

L’EQUIPE DU TOURNAGE
Les réalisateurs : PHILIPPE & YAO

Les scénaristes : BABY G Jean-Claude Bitié M’Vondo dit PUPPA LESLIE Pascal Limé dit JUDE STEPHANE HOUEL & AVRIL ANDERSON

Les acteurs : BROTHER CULTURE (UK) dit « Le Bon » LES STEPS UPHORNS (FR) dits « Les Brutes » DIABATE (LIBERIA) dit « Le Griot » GHETTO PRIEST (UK) dit « Le Mage »

Lumières et divers éclairages : BABY G AVRIL ANDERSON

Maquillage & ésthétique musicale : FABY

Les consultants : NONO, DAWIT, JOSEPH

Et la production : HAMMERBASS

Always Greener

« L’herbe serait plus verte… ailleurs …» nous annonce BRAIN DAMAGE avec ce premier album.
Pourtant, ici, on est à pleine maturité. Rarement un album de dub « made in France » ne se sera autant affranchi du modèle jamaïcain tout en recelant dans ses moindres détails autant de citations et d’hommages aux inventeurs de ce style ( King Tubby / Lee Perry ), ainsi qu’à bon nombre de ses acteurs dans son évolution ( Tikiman / Rhythm & Sound, Dub Syndicate, etc… ).
Le studio d¹enregistrement, le 7 / 11 Laboratory est ici utilisé comme un véritable instrument de musique. L’utilisation optimale d’effets stéréo tridimensionnels confrontera l’auditeur à des paysages sonores allant des classiques space-echoes ou réverbérations façon tunnel du Mont-Blanc, jusqu’à des craquements, interférences élèctroniques, samples exogènes et autres bruits parasites en provenance directe de Babylone.

Pour cet album, dans la lignée de ses précédentes collaborations avec l’internationale dub ( Zion Train, Alpha & Omega, Disciples, Spectre, Lab °…), BRAIN DAMAGE est allé enregistrer deux titres à Londres, au Conscious Sounds Studio, avec le chanteur d¹origine jamaïcaine Tena Stelin. Avec le mélancolique « Spirit World », on songe aux fructueuses collaborations Massive Attack / Horace Andy, alors que sur « Genetic Weapon », le ton se fait plus évidemment revendicatif. Deux morceaux chantés donc, incorporés au sein de ces dix compositions, où les atmosphères émotionnelles et les ambiances changeront au gré des écoutes.

« Always greener ( on the other side ) » apparait comme le manifeste d’une musique conçue comme du cinema pour l’oreille…

Dub Plate Style 1990-1999

C’est à l’occasion d’une soirée House of Dub organisée il y a 5 ans à l’Elysée Montmartre que le Dub Action crew rencontre Manasseh. De là est tout naturellement née l’idée d’une collaboration.  » Dub Plate Style 1990-1999  » est donc le fruit d’une sélection rigoureuse de morceaux exclusifs, tout droit sortis de la Dub Box de Manasseh. A savourer sans modération… Attention à vos enceintes.. !!

Roots bloody Rootsman

Producteur prolifique et remixeur d’artistes aussi différents que Dub Syndicate, Black Star Liner, Muslimgauze, Treponem Pal, Dub War, Rasboras ou Soulfly, la musique de The ROOTSMAN est une combinaison d’influences musicales et culturelles allant de la Jamaique au Moyen Orient en passant par le Nord de l’Angleterre dont il est originaire.

Après ‘REALMS OF THE UNSEEN‘ (BASSCD001) sorti fin 99, l’anglais est de retour avec l’album de remixes ‘ROOTS BLOODY ROOTSMAN‘ (BASSCD007), composé de titres inédits enregistrés en Angleterre entre 1996 et 2001.

On retrouvera sur cet album tout l’univers ‘‘électro-ethno-dub’‘ de The Rootsman qui, pour l’occasion, en plus de ses propres versions, a vu ses morceaux retravaillés par des remixeurs aussi variés que talentueux:

RASBORAS( France / Hammerbass rec.)
JAMMIN’ UNIT ( Allemagne )
EL JETHOOR ( Egypte )
ACTIVATOR ( Pologne )

 

A New Millenium Of Dub

Their first album titled « A New Millenium of Dub », as a tribute to ASWAD‘s « A New Chapter of Dub », invites us for a journey thru urban & multi-cultured landscapes where crossover is the rule : dub, reggae, jungle, electronic, traditional & industrial sounds are all together creating the New Millenium Dub…

Dub Action Captures Hammerbass

Why this compilation ?

Dub Action sound system & Hammerbass label basis but also goal have always been the exchange spirit, a dub speciality (thru dub plates, clashes, remixes), shared by the whole dub network : artists, labels & sound systems. We wanted to thank & pay tribute to those of them who supported us and made it happen ! All tracks are mixed in a sound system style. You will find previously unreleased tracks and also songs extracted from Hammerbass vinyls or CDs. Last but not least, we asked all our dub friends to collaborate to this record by sending little messages to be the links between the tracks.

1/ RASBORAS DUB TRIBE “House of Dub” [Rasboras inc.] / previously unreleased
As a composer, Rasboras is the spine of this compilation, mixing & remixing all the tracks like he used to do live.

2/ DJINS “Warrior” [Djins] / previously unreleased
An unreleased track taken out from the huge Djins’ repertoire. Djins & Dub Action team being friends for years it naturally led to the release of their first album on Hammerbass.

3/ THE ROOTSMAN “Imitator” [The Rootsman] / from the album “Realms of the Unseen” BASSCD001
Rootsman is likely the stepping stone for Dub Action / Hammerbass. First artist to be invited to the Dub Action parties, first 12” vinyl, then first CD album on Hammerbass.

4/ DADDY FREDDY “Imitator” [The Rootsman / Daddy Freddy] / from the album DADDY FREDDY meets THE ROOTSMAN “Old School New School” BASSCD002
Another Rootsman’s production, this time with the legendary & genuine DADDY FREDDY, the man with the fastest flow in the world, inventor, with his friend Asher D., of the Ragga Hip Hop.

5/ DUB WISER remixed by THE COUNT OF MONTE CRISTO “Fire” [Mulat / Luzardi] / previously unreleased
Another meeting thru DUB ACTION between JP Sluys aka the Count of Monte Cristo from Brooklyn (Qaballah Steppers, Baraka Foundation) & parisian dub duet DUB WISER.

6/ DUB WISER “Sensi Drinka” [Mulat / Luzardi] / from the 12” BASS004
Luz used to play in the late 80’s in a band called Ausweis. Together with the french singer PUPPA LESLIE, on their last album,“Dub Action” (!), they initiated french Rub A Dub. A decade later, he meets Rico, and “the urban crossover adventure begins”.

7/ RASBORAS “Ta’ al ya ahi” [Rasboras inc.] / previously unreleased
Once again Rasboras’ fascination for North Africa is revealed here.

8/ PRIMITIVE “Keep on rollin’” [Sall / Neves] / from the 12” BASS002
Marco Neves (Elephant system) & Amadou Sall (Collapse),both coming from the industrial hardcore scene, explore electro dub.

9/ PRIMITIVE remixed by THE ROOTSMAN “Keep on rollin’” [Sall / Neves] / from the 12” BASS002
A collaboration between Primitive and The Rootsman, between french and english new school was bound to happen.

10/ RASBORAS DUB TRIBE remixed by DJINS “Peace & Freedom” [Rasboras inc.] / from the 12” BASS003
A track revisited by the French Sly & Robbie, Phil & Yao. One can recognize their unique touch at first hearing : drum’n’bass as a background.

11/ RASBORAS DUB TRIBE “Peace & Freedom” [Rasboras inc.] / from the 12” BASS003
Rasboras’ original version : a trip thru Oriental landscapes & dub spiritual thought.

12/ THE ROOTSMAN featuring PATRICK IRIE “A Matter of Time” [The Rootsman] / from the 12” BASS001
The sound that gave birth to Hammerbass. During his first gig in Paris The Rootsman played this dub plate with the anglo-jamaïcan singer P. Irie, bringing the evening to a climax. It soon became the very first Hammerbass release.

13/ THE ROOTSMAN featuring PATRICK IRIE “A Matter of Dub” [The Rootsman] / from the 12” BASS001
DUB DUB DUBWISE !

14/ RASBORAS DUB TRIBE remixed by THE ROOTSMAN “Elevation” [Rasboras inc.] / from the 12” BASS003
This dub is the result of an inevitable collaboration between two oriental music and digital experiments addicts.

15/ DJINS “Fire” [Djins] / previously unreleased
DJINS as usual explore different musical landscapes : dub meets house

16/ The ROOTSMAN meets The RASBORAS “Ras el Hanout” [The Rootsman / Rasboras inc.] / previously unreleased
A week end in Paris, Rasboras & Rootsman face to face in a home studio : that’s live and direct !

ALPHA & OMEGA meet BANGARANG ‘Show me a purpose version’

Chefs de file du mouvement new roots anglais depuis le début des années 90′s, on ne présente plus ALPHA & OMEGA .On ne compte plus également leurs innombrables albums et autres dubplates…
Pourtant, ce nouveau projet, concrétisé grâce à la rencontre avec le label Stéphanois BANGARANG, risque bel et bien de faire date. Toujours basée sur un concept d’échanges et de remixes, l’idée est la suivante : faire travailler une sélection d’artistes à partir du même materiau de base : la seule et unique partie de voix de la chanteuse Nishka , issue du morceau d’ ALPHA & OMEGA  »show me a purpose », paru initialement sur leur album  »safe in the ark ».

Les deux groupes phares de l’écurie BANGARANG, Another Sound System Experience et Brain Damage, se sont évidemment prêtés au jeu, en compagnie de Kobé, qui nous avait gratifié d’un mix ultime et apocalyptique sur COMBAT DUB (Bangarang / Hammerbass), et de Graciasfidel, issu du collectif 1000 milliards (Lab°/General dub).Et ce, pour mettre en valeur la vigueur de la jeune scène électro-dub francaise.

Que l’on se rassure cependant, le dub a de beaux jours devant lui en Angleterre également, témoins les mixes de Vibronics (Universal Egg), et de Jah Warrior (Jah Warrior rds), dans un “ sound system style “ inimitable. A noter la présence d’un invité de dernière minute, Alien Applause (anglais également…), pour le mix “club “ de la sélection, ainsi qu’une version de l’australien The Technician représentant ici le son des antipodes…
Enfin, les maîtres eux-même, ALPHA & OMEGA, nous gratifient de quatre variations différentes de leur création initiale, dont trois jusqu’alors inédites !

N.I.C. in DUB

Necessary Intergalactic Cooperation (N.I.C), n’est pas un groupe ordinaire. Basé à OSLO en Norvège, N.I.C est une formation internationale regroupant des musiciens chevronnés (Bill Laswell, Killing Jokevenant de tous horizons : rock, dub, punk, jazz, électro…Plus une expérimentation sonore qu’un véritable album de remixes (mix album !)ce projet regroupe des artistes bien connus de la scène underground indus et ambient avec notamment les américains DALEK, SPECTRE, DUB GABRIEL et KING SALMONELLA, le canadien TWILIGHT CIRCUS, les anglais JK Flesh aka Justin BROADRICK (Godflesh, Jesus), YOUTH (Killing Joke) et MOTHBOY, et le français Amadou SALL (Collapse, Treponem Pal).
Un tracklist impressionnant pour un album puissant !

Dub planant, Illbient customisée, électro chaotique, indus destructurée : difficile de faire mieux en matière de dub lourd !

Combat Dub

Après la sortie remarquée de deux premiers CDs « From Scratch » et « Bipolar Disorder », par Another Sound System Experience et Brain Damage, le collectif stéphanois BANGARANG est de retour avec l’album de remixes : « Combat Dub ».
Voici donc chacun des dix titres revus et corrigés individuellement par une sélection de remixeurs de choix parmi la scène Dub actuelle.Ainsi se côtoient certains des membres fondateurs du courant « new roots » britannique de ces dernières années (Zion Train, The Disciples, Alpha & Omega) et la crème du mouvement « Dub-Illbient » made in Brooklyn (Spectre, The Count of Monte Christo).
La jeune scène Dub française se devait aussi d’être représentée, et ce par ses acteurs les plus novateurs (Lab°, General Dub, Kobe, Prime Time Victim Show, Djins). Enfin, à signaler deux morceaux inédits de Brain Damage et Another Sound System Experience, tout juste sortis du 7/11 Laboratory.De constitution résolument éclectique « Combat Dub » semble pourtant bel & bien revêtir un caractère homogène grâce à un certain esprit commun à tous : indépendance & qualité artistique.

DADDY FREDDY meets the Rootsman ‘Old School New School’

DADDY FREDDY, « the original raggamuffin DJ », le rapper au « flow » le plus rapide au Monde (506 syllabes à la minutes Guinness Book 88), né en 1965 à Kingston Jamaïca, voisin de Jacob Miller, il a grandi à Trenchtown le berceau de la culture reggae, au son des Sounds Systems du ghetto. Son premier enregistrement, il le fait chez le légendaire Clément « COXSONE » Dodd’s, « Zoo Party » sur un cut du riddim « Slen teng ». Son premier single enregistré pour le producteur Harry J. en combinaison avec Pinchers devient N°1.

Freddy aura au total 6 titres classés dans le Top Ten avec son premier album « Body Lasher ». Fin des « Eighties », départ pour les Etats Unis en compagnie de Nicodemus, Cutty Ranks, SuperCat, Josey Wales, où il rencontre ASHER D. pour enregistrer le légendaire album « Raggamuffin Hip Hop » sur le label Music Of Life. Album pionner de la scène Ragga Hip Hop naissante. L’impact de cet album se fera ressentir de l’underground à un public plus « Mainstream », il tissera les premiers liens entre hip hop et reggae. S’ensuit une notoriété croissante, des shows T.V. en combinaisons avec des artistes comme Cypress Hill ou Heavy D., et il enregistre un « hit » avec une chanteuse de Soul Mélissa Morgan « trough the tears » qui grimpera dans les charts du Billboard américain. D’ un côté il travaille avec des artistes venus de la pop comme Norman Cook, et parallèlement il continue à alimenter l’underground jamaïcain de singles [« Baba Loo Baba Laba », « Hypocrites » en duo avec Michael Prophet], d’albums [« Raggamufffin Soldier »], et de dub plates ou autres « Specials ».

Après avoir pris du recul, il fait enfin son retour sur le devant de la scène en enregistrant un nouvel album avec le producteur / musicien new school dub : THE ROOTSMAN. Après avoir été le précurseur de la scène ragga hip hop à la fin des années 80, l’aventure continue. Sera-t-il le précurseur de la nouvelle scène ragga dub de ce nouveau millénaire ? En tout cas « Old School New School », son nouvel album en est la première pierre fondatrice.

Realms Of The Unseen

Issu de la scène punk de la fin des années 80, John Bolloten aka THE ROOTSMAN est l’une des figures emblématiques de la nouvelle scène électro-dub anglaise avec les Disciples, Alpha & Omega, Zion Train ou Earthquake … Dès 1994, après de nombreuses experiences en sound system, il crée son propre label Third Eye Music, fort aujourd’hui d’une bonne dizaine de références. Il entretiendra entre autres, des collaborations régulières avec les Disciples et Muslimgauze (RIP).

Producteur prolifique et remixeur d’artistes aussi différents que Dub Syndicate, Black Star Liner, Muslimgauze, Treponem Pal, Dub War, Rasboras ou tout récemment Soulfly (ex Sepultura), sa musique est une combinaison d’influences musicales et culturelles allant de la Jamaique au Moyen Orient en passant par le Nord de l’Angleterre dont il est originaire.

« REALMS OF THE UNSEEN », est en fait le premier album qui sortira sur un autre label que le sien. C’est aussi celui dont il est le plus fier dixit Rootsman himself après bien sûr son premier album, « In Dub We Trust » sorti en 95.

On retrouvera sur les 13 titres de cet album, tout l’univers électro-dub de Rootsman, fait de ragga-oriental, dub-andalou, jungle métissée ou ethno reggae …

Pour la première fois, la sortie de cet album bénéficiera du soutien de la promotion d’Hammerbass / Dub Action